Q : 

Comment se passent les suites de couches ?

postée et vue 1740 fois

Comment se passe les suites de couches, sur le plan physique et sur le plan psychologique ? Une fois qu'on a accouché, c'est quoi la suite ?

Me2
3916 pts
Actuellement 3 réponses
trier par

Je trouve que l'après accouchement (post-partum) est une période vraiment mal abordée lors des cours de préparation à l'accouchement. On nous parle du travail, de l'accouchement lui-même mais très peu du reste. Et si on nous en parle, le tableau peint est à des kilomètres de la réalité.

Juste après avoir accouché et avoir expulsé le pacenta, le gynéco s'assure qu'aucun morceau de placenta n'est resté dans l'utérus et également qu'il n'y a pas d'hémorragie.

Les premiers jours qui suivent l'accouchement, les saignements sont abondants. Il s'estompent ensuite pour disparaître petit à petit, mais très lentement. On saigne environ pendant 2 voire 3 semaines selon les personnes.

Ces saignements qui peuvent être assimilés à des règles possèdent une odeur particulière assez désagréable. Et pour ce qui est de l'aspect du sang perdu, on retrouve des sortes d'amas de sang, un peu comme des morceaux.

Juste après l'accouchement démarrent également les tranchées. Ce sont des contractions qui permettent à l'utérus de se rétracter et de retrouver sa taille normale, petit à petit. Elles sont très douloureuses. Lorsqu'on allaite, elles se déclenchent aussitôt pendant les toutes premières minutes de la tétée. La douleur de ces contractions est très aigue.
À partir du 2ème enfant, elles deviennent encore plus douloureuses et durent plus longtemps (j'ai vraiment pu m'en rendre compte). Et il paraît que plus on a d'enfants et plus elles durent parce que l'utérus met encore plus de temps à se rétracter.

Les tranchées sont difficiles à supporter physiquement parce qu'elles sont très douloureuses. Et psychologiquement parce qu'on a tellement souffert pendant le travail et l'accouchement et qu'on pensait en avoir fini avec la douleur. C'est la goutte qui fait souvent débordée le vase.

Mise à part les tranchées et les saignements, il y a la fatigue intense. Accoucher est un effort intense physiquement et émotionnellement. Et puis ce nouveau né a besoin d'une attention constante, à peine né, nos nuits s'écourtent, s'estomptent. Il y a également les hémorroïdes qui peuvent apparaître ou s'intensifier, selon les cas. De même pour la constipation. Nos intestins qui n'avaient plus de places retrouvent petit à petit leur espace. C'est le bazard dans notre corps. Sans compter la chute des hormones.

Ce sont tous ces facteurs, physiques, physiologiques et émotionnels qui conduisent à cette fameuse dépression post-partum.

L'après accouchement est vraiment loin d'être rose. On est heureux d'avoir notre enfant, mais il y a toutes ces choses qui nous mènent la vie dure. C'est assez difficile d'apprécier pleinement ce nouveau bonheur et on est souvent soumis à des émotions contradictoires.

Je pense que c'est bien d'y être préparé et de ne pas s'attendre à ce que ce soit le bonheur sans nuages au risque d'être surprise. Il faut se donner du temps pour pouvoir se remettre physquement de l'accouchement et essayer de trouver sa place dans ce nouveau schéma familial.

 

 

 

F6b20ac4a9d87562aa887faf79a83de0
603 pts
2 personnes trouvent cette réponse interessante
Trouvez-vous cette réponse interessante ? oui | non

Pour complèter la réponse de Christine, il y a également la constipation qui peut soit faire son entrée ou juste persister. Et oui malgré le fait que bébé soit sorti, notre organisme a besoin de temps pour se réguler.
Sur le plan émotionnel, on est complètement chamboulée. On alterne entre des périodes de bonheur intense et des périodes de dépression. La chute des hormones. Mais aussi parce que le retour à la maison est assez perturbant. Pendant 3-5 jours on a été en milieu hospitalier, aidée et soutenue par le personnel médical et là on est seule (avec son concubin). On n'a plus personne vers qui se tourner, on doute en permanence, on a toujours peur de mal faire les choses. C'est vraiment une grande période d'instabilité surtout quand c'est son premier bébé.

Sur le plan physique, on est épuisée surtout quand l'accouchement a été difficile ou a duré très longtemps. C'est tellement éprouvant pour l'organisme de donner naissance. Et le problème dans tout ça c'est qu'on n'a pas finalement le temps de récupérer. Bébé est là et les nuits entrecoupées avec.

Et puis c'est l'inconnu, c'est un nouveau quotidien, une nouvelle routine à mettre en place. Les premières journées sont bizarres, on n'a pas de repère, pas de routine et on a l'impression de répéter les mêmes taches à longueur de journée.  

Il faut du temps pour trouver le rythme. 

1a2e048d0881368c1572ff5dfa8faf32
342 pts
1 personne trouve cette réponse interessante
Trouvez-vous cette réponse interessante ? oui | non

Pour ma part la suite de l'accouchement a été plutot sereine malgré tous ces désagrements auxquels je m'attendais, car moi on m'en a bien parlé pendant les cours. J'ai eu la chance extraordinaire d'avoir un mari qui est resté toute la journée à la maternité pour prendre le relai la journée et me laisser dormir, et de même qu'a la maison.

Pour le côté emotionnel c'est clair que c'est le bordel après l'accouchement mais la encore avec quelqu'un a côté de soi qui veille sur nous pas de problème enfin pour moi.
Et une fois trouvé le rythme, tout est parfait :D

Trouvez-vous cette réponse interessante ? oui | non

Votre réponse

Vous devez être connecté pour pouvoir répondre à cette question.