Ambre, l'histoire de ta naissance racontée par ta maman et ton papa ! !

postée
\ Accouchement du 02 novembre 2009
t Durée : 5 heures

Solenne : Janvier 2009, ton papa semble prêt à accueillir un nouveau bébé ! Ca me réjouit car moi je suis prête depuis quelques mois déjà et je ne savais vraiment pas si un 3ème enfant viendrait agrandir notre famille ! 9 février 2009, date à laquelle tu es conçue, dans 9 mois tu seras là…

Frédéric : Et moi je dis à ta maman : ok pour un troisième mais pas d’accouchement à la maison.

Solenne : Au fil des semaines, tu grandis en moi, mon ventre s’arrondit, tu es un bébé qui bouge beaucoup… Matéo et Bleuène prennent soin de toi en faisant des bisous et des caresses sur mon ventre…

Solenne : Avril 2009, je cherche sur internet des infos sur l’accouchement à domicile, car depuis longtemps j’ai cette idée en tête… Tu seras sans doute mon dernier enfant et je souhaite t’accueillir à la maison en toute sérénité. A travers les témoignages de parents, vidéos, photos, paroles de sages-femmes, médecins, gynécos : j’en suis convaincue, tu naîtras à la maison ! Reste à convaincre ton papa et trouver une sage femme qui puisse nous accompagner… Cinq d’entre elles pratiquent l’accouchement à domicile en Bretagne et Pays de Loire. Trois exercent à 1h/1h30 de la maison…. La plus près est Bernadette au Pellerin…. Je la contacte, et elle me propose un rendez-vous en mai pour faire connaissance. Je dois maintenant avertir ton papa… J’ai peur de sa réaction car il m’a toujours dit qu’un accouchement à domicile se ferait sans lui ! Et ça, ce n’est pas envisageable de mon côté ! A mon grand étonnement, il ne se braque pas et me dit OK pour rencontrer Bernadette...."

Frédéric : Moi comme à mon habitude je ne suis pas démonstratif, j’attends tout simplement de te voir, de te toucher… Pourquoi ne pas voir Bernadette, pourquoi fermer la porte, je veux être sûr de la décision que je vais prendre pour ne pas frustrer ta maman.

Solenne : Mai 2009, on rencontre Bernadette pour la première fois dans son cabinet au Pellerin. Après 1h de discussion, Bernadette nous dit OK pour nous suivre, tout en nous rappelant bien que de nombreux facteurs font qu’au dernier moment un transfert peut avoir lieu en maternité : tension, bébé qui ne descend pas, mauvaise présentation du bébé, travail trop long, maman qui fatigue… Un suivi parallèle classique est obligatoire ainsi qu’une place en maternité. Le gynécologue nous accompagnera donc de son côté pour les échos et visites du 8ème et 9ème mois. Ton papa semble séduit par le professionnalisme de Bernadette, tout en me rappelant qu’on ne prend aucun engagement et qu’il ne se sent pas prêt…De mon côté, les paroles de Bernadette sont celles que je voulais entendre : un projet de naissance à la maison se vit à 2 et que c’est un évènement magique, mais que le moindre signe annonçant un accouchement difficile stoppe le projet et que nous sommes libres de lui dire qu’on arrête quand on veut, même au dernier moment… Au fil des mois, l’idée de t’accueillir à la maison fait son chemin pour chacun… Moi je suis prête et ton papa aussi, même si il émet toujours quelques réserves, ça le rassure ! On rencontre aussi Carole, l’associée de Bernadette depuis peu. Elle ne pratique pas encore les accouchements seule mais accompagnera Bernadette si son emploi du temps le lui permet.

Frédéric : La rencontre avec Carole est un premier déclic. Bernadette m’avait déjà rassurée par son calme, ses questions, sa manière de nous laisser libres jusqu’au bout et en plus elles seront 2. Ça me soulage d’avoir 2 professionnelles avec nous, d’avoir 2 personnes différentes. Je suis presque convaincu mais je ne le dis pas à ta maman. Un mois avant ta naissance, Bernadette et Carole viennent à la maison pour voir notre chez nous et faire une première fois la route. Elles semblent à l’aise dans notre environnement… ça nous rapproche. Elles nous annoncent que pendant la semaine de vacances scolaires l’accouchement ne pourra pas être à la maison puisque Bernadette est en vacances. Là je me dis que c’est toi bébé qui va décider si tu veux naître à la maison.

Solenne : 1er novembre 2009, jour de la Toussaint et repas de famille chez mamie Christiane avec tout le monde… C’est sympa de se retrouver, les cousins sont ravis de jouer ensemble. On mange, on papote, on fait une balade et la fin de journée s’annonce…19h, je vais aux toilettes et à ma grande surprise j’ai des pertes sanguinolentes, signe de ton arrivée certaine d’ici quelques heures. Je te dis « enfin bébé, tu peux descendre, je suis prête ».

Frédéric : Pendant le repas je ne bois pas trop (eh oui chez mamie on arrose les retrouvailles en famille), je sens pour la première fois que ça peut être pour aujourd’hui.

Solenne : 20h, on rentre à la maison et première contraction : cette fois c’est sûr, c’est parti pour une grande aventure… On couche Matéo et Bleuène qui s’endorment vite… Je rassure ton papa en lui disant que ça va et que j’appellerai Bernadette en temps voulu… Il peut continuer à regarder son foot à la télé, sans le son ! Moi je déambule doucement dans le séjour en écoutant le dernier CD d’Ayo… Les contractions sont proches, toutes les 5mn mais rapides, pas plus de 10 secondes… Faut-il appeler Bernadette ou pas ? J’aimerais tellement appeler au bon moment pour qu’elle arrive au bon moment elle aussi, ni trop tôt, ni trop tard, mais comment savoir ?

Frédéric : Dès les premières contractions je dis à ta maman : il faut appeler Bernadette. J’avais peur qu’elle soit toujours en vacances et donc qu’il faille se dépêcher pour aller à la maternité ou que tu arrives avant elle. Mais Maman attend… et moi je regarde le match de foot d’un œil et ta maman de l’autre. Je mets de la musique : Ayo ta maman adore.

Solenne : 21h45, je me fais confiance et l’appelle… Bernadette répond très vite, elle est couchée mais se relève, appelle Carole, et nous rejoint… Les dés sont lancés, elles seront là je pense vers 23h / 23h30… A moi de gérer les contractions d’ici là et à toi bébé de descendre tranquillement. Je dis à ton papa que tu seras là vers 1h/2h.

Solenne : 22h les contractions deviennent plus intenses, toutes les 3/4 minutes. Je marche tout le temps et m’arrête derrière le canapé à chacune d’elles. Je souffle longuement, m’accroche au canapé, m’accroupit et à chacune de ces vagues je me dis « viens mon bébé, je t’attends »… 22h20, Bernadette rappelle, elle part du cabinet et nous informe que Carole ne sera pas des nôtres, mais en revanche une élève sage femme en 4ème année, Aude, l’accompagne car elle démarre un stage pour 2 semaines.

Frédéric : A ce moment là, j’éteins la TV, et moi aussi je commence à faire les 100 pas. Ta maman me dit que je peux regarder l’équipe du dimanche. Elle veut que je pense à autre chose que ses douleurs et moi je sens qu’elle veut gérer ce passage toute seule.

Solenne : 23h, les contractions sont très douloureuses, toutes les 2mn mais toujours courtes… Je les gère toutes les unes après les autres en me répétant inlassablement la même phrase : bébé arrive… Je me balance doucement de gauche à droite ou en dessinant un huit avec mon bassin. J’ai le sentiment ainsi de t’aider à descendre. Malgré la souffrance, je suis sereine, ton papa aussi, la maison est calme, le feu crépite… 23h30, Bernadette et Aude arrivent. Une fois la contraction passée je leur dis bonjour. Je suis soulagée, Frédo aussi, par leur arrivée…. Bernadette me demande si je veux qu’elle regarde où j’en suis ? Je n’attends que ça, où en sommes-nous bébé ? Les contractions sont elles efficaces ? Je dis à Bernadette que j’espère avoir fait la moitié du chemin… 23h50, je m’allonge sur le canapé. Bernadette me confirme que je suis à 6. Je suis rassurée, tu arrives et bientôt tu seras là ! Ce sera l’unique toucher vaginal…

Frédéric : Ouf elles sont là !

Solenne : A partir de ce moment, tout s’accélère, les contractions sont intenses, violentes, mais elles sont là pour toi bébé et ça je ne l’oublie pas… Souffler, se concentrer, t’accompagner dans ta descente, je ne pense qu’à ça… La maison est calme, tout le monde parle doucement, il fait chaud…Le visage de Bernadette me rassure, elle est assise, me sourit et me rappelle qu’elle est à ma disposition si je le souhaite et me précise que je suis déjà certainement à 8. Ton papa me masse le bas du dos, ça fait du bien… Les minutes passent et l’on se rapproche l’une de l’autre mon bébé… Ton arrivée est proche…

Frédéric : Pendant cette heure j’essaie d’être actif, je masse le dos de ta maman entre les contractions… mais lors des contractions qu’est ce que je fais ? Je continue ? Je la laisse tranquille ? Je ne sais pas… Alors je suis mon instinct : je continue, au moins elle sent par mes mains que je suis présent et que je veux l’aider. Dans les moments plus calmes je fais quelques blagues : « elle danse bien Solenne », « tu vas tout abîmer le canapé ». Tout ça pour décontracter tout le monde… et surtout moi.

Solenne : 0h30, je ne souffle plus, je grogne à chaque contraction… Je te sens, tu pousses, tu descends et la douleur est immense…J’en fais part aux autres : « bébé pousse ». Je reste concentrée, Bernadette propose qu’on se prépare… Elle va chercher son matériel, Frédo l’aide à mettre la bâche, le drap, les alèses sur le canapé et sur le carrelage, en face de la cheminée. Bernadette installe une chaise d’accouchement « le siège hollandais » et me propose de m’installer où je veux, comme je veux, qu’elle me suit… Ma position sera la sienne… Elle a vu juste en installant sa chaise, c’est là que je m’installe… Elle propose à Frédo de se mettre derrière moi assis sur le canapé et de me soutenir en me tenant derrière les bras… Bernadette installe une bassine sous moi, un miroir pour voir comment le travail avance, pour te voir bébé car déjà je pousse et la poche des eaux apparait doucement entre mes lèvres…

Frédéric : Je regarde ou je ne regarde pas ? J’ai peur que ça me fasse trop d’émotions, de ne pas pouvoir assurer après… bien sûr je regarde !

Solenne : La douleur est immense, elle me submerge, je grogne, je pousse et toi tu arrives… Frédo m’accompagne avec ses mots, Bernadette et Aude sont à nos côtés, toujours aussi discrètes et rassurantes. Je pousse, intérieurement, je pense une seconde ne jamais y arriver. Au même instant, Bernadette me dit que ce que je fais c’est très bien. Elle me propose de toucher ma vulve et la poche des eaux qui avance doucement à chacune de mes poussées. Je te vois dans le miroir, je te sens avec ma main, je pousse, Frédo me soulève et je m’agrippe à son cou (je le lui détruis plutôt !)

Frédéric : Mon pauvre cou !!!….

Solenne : Encore quelques poussées, des grognements, ca brûle, tu pousses et te voilà d’un coup d’un seul ! Bernadette t’attrape dans ta poche des eaux, t’enlève le cordon de ton épaule et autour de ton bassin, tu gémis et dans la seconde qui suit tu es dans mes bras… Quelle délivrance, c’est fini, c’est fini, je cesse de me le répéter et tu es là, chaude, humide, douce, toute endormie… Mais qui es tu bébé ? Je regarde : une petite fille qu’on prénomme Ambre. Ton papa est là derrière moi, on te regarde admiratifs… Bernadette glisse sa main avec son stéthoscope, juste pour écouter ton cœur… Tout va bien, tout est calme, on chuchote, le feu crépite : on nage dans le bonheur ! Il est 0h50. Merci Ambre…

Frédéric : C’est fini…tu es là… quel bonheur… quel calme… que tu es belle… je t’aime. Je vous aime.

Solenne : Quand le cordon ne bat plus, Bernadette propose à Frédo de le couper. Frédo n’est pas forcément emballé par l’idée… Bernadette me demande alors si je souhaite le faire et je lui dis oui. Je trouve qu’après ce qu’on vient de vivre toutes les 2, le symbole est fort… Bienvenue Ambre ! Suivront l’expulsion du placenta, quelques points de suture, tes premiers soins… Vers 2h30, on rejoint toutes les 2 le lit pour se reposer de toutes ses émotions… Papa nous rejoint peu de temps après. Bernadette et Aude restent encore un peu à la maison. Elles rangent, font quelques papiers… Vers 3h30 elles viennent nous dire au revoir dans la chambre. C’est à ce moment là que Matéo fait son apparition et fait la connaissance de sa petite sœur. Il est surpris, souriant, un peu étonné aussi… Ses premiers mots sont pour toi Ambre « Est-ce que tu sais téter ? ». Je le rassure et lui dis que tu te débrouilles très bien et que tu as bu déjà quatre fois. On lui demande s’il n’est pas trop déçu car il souhaitait un petit frère. Il nous répond que « non ce n’est pas grave, ce sera Sam et Marie qui lui donneront un cousin » ! Matéo retourne se coucher tranquillement… Bernadette et Aude nous disent de nous reposer car on a vécu des émotions intenses ! Elles reviendront à trois reprises durant la semaine… Bleuène te découvre à son réveil vers 8h30, elle se glisse sous la couette à côté de nous 2, une dans chaque bras… Elle te caresse tout doucement, t’embrasse, sourit, elle est émerveillée. Puis dans la minute qui suit, chacun reprend ses petites habitudes, Bleuène avec ses céréales devant les dessins animés, Matéo joue avec ses tracteurs, pendant qu’on prend le petit déj’ dans le salon au coin de la cheminée avec ton papoune et ta mamoune qui sont venus faire ta connaissance dès 8 h avec du pain tout frais ! Ces quelques lignes écrites 24h après ta naissance, m’ont permis de relâcher toutes les émotions vécues ces dernières heures… Après coup, je réalise l’intensité de ce qu’on vient de vivre, toi, papa et moi. Donner naissance est toujours magique, mais le tien est particulier car j’ai été actrice de cet évènement et ton papa aussi… Tout est simple… Accoucher à domicile se généralisera, j’en suis certaine, dans les années à venir… C’est d’ailleurs ce que pressent le gynéco, lors d’un appel téléphonique le lendemain de ta naissance. Un appel qui m’a beaucoup touché par sa simplicité et son humanité.

Solenne : Merci à toi Frédo de m’avoir fait confiance et d’avoir été présent jusqu’au bout de l’aventure

Frédo : Merci à toi Solenne de m’avoir poussé à vivre cette merveilleuse expérience, de m’avoir une fois de plus surpris par ta détermination, ton envie, ton courage. Merci aussi à toi Ambre. Merci à vous Bernadette, Carole et Aude de nous avoir accompagnés durant ces derniers mois et d’avoir été là, tout simplement…

7bbe6c9f403816198439a1bc765e28d7
50 pts

Commentaires

  • Nono Merci pour ce récit d'accouchement vraiment très original, touchant et plein d'émotions! C'est si rare d'avoir la vision du papa. J'ai vraiment apprécié de vous lire tous les 2. Merci! :-)
    il y a presque 6 ans
  • Laurie Gény Chauvet Beaucoup d'émotions de lire votre récit à vous 2 ! Mon 3e enfant un petit garçon devrait naitre à la maison fin décembre si tout se passe bien, et de lire un tel récit me confirme que oui c'est ce que je souhaite profondément !
    il y a presque 6 ans
  • ecrire un commentaire

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie