Deuxième naissance racontée par papa

postée
\ Accouchement du 09 septembre 2015
t Durée : 7 heures
Img_9148

Jeanne, ta naissance, vécue par papa - long récit.

 

Le 8 Septembre 2015 (38 semaines), je partais pour une journée qui promettait être chargée au travail : des réunions prévues toute la journée au sujet de projets importants.

 

Le matin au travail, me prend l’envie de ranger tout mon bureau en préparation à mon congé parental futur. Je fais un gros ménage et met dans mon sac toutes les choses que je veux ramener à la maison. Ta date d’arrivée prévue est le 22 septembre (ma fête!) mais quelque chose me dit que tu arriveras plus tôt.

 

En réunion, Maman m’envoie un texte vers midi pour dire qu’elle a des contractions assez régulières mais pas très douloureuses. Je l’aurais bien appelé mais exceptionnellement j’ai diné en salle de réunion avec les collègues pour que les choses avancent au travail. Ceci dit je ne m’inquiète pas trop. Elle me dit de prendre tout mon temps au travail, qu'elle va aller chercher ta sœur à la garderie cet après-midi. Après tout, quelques jours plus tôt, Maman a déjà eu pas mal de contractions, mais sans suite alors pas de raison de s’inquiéter.

 

Vers 16h, Maman m’envoie un deuxième texte en me disant que finalement, je vais devoir aller chercher Aylie car les contractions sont devenues douloureuses et elle ne se voit pas conduire dans ces conditions.

Je jubile intérieurement, l’heure de ta venue est-elle arrivée?

 

A 16h15, toujours en réunion, je me lève et dit à mes collègues que je dois y aller car ma femme a des contractions douloureuses et qu’il faut que j’aille chercher Aylie à la garderie. Je les préviens que si les contractions continuent le lendemain, je travaillerais de chez moi plutôt que venir au bureau. Je dis au revoir à quelques collègues en disant peut-être ne pas les revoir avant 2016 !

 

Bref, je me rend jusqu’au train de 16h30 et une fois le train en marche, j’appelle mon ami Olivier fébrilement en lui disant que Maman va peut-être bientôt accoucher ! Je te sentais déjà arriver !

 

Je rentre à la maison, vais chercher Aylie à la garderie et la soirée se déroule normalement, au détail près que Maman fait la grimace régulièrement lors de ses contractions.

 

On couche Aylie puis on discute de la possibilité que tu arrives bientôt. Ça pourrait être un faux travail, rien n’est trop certain. Vers 22h/23h, les contractions sont très douloureuses, Maman gémit de douleur. Je chronomètre l’espacement entre les contractions, mais on est pas encore aux 5 minutes, donc on décide d'attendre avant d'appeler la sage-femme.

 

Passé minuit, Maman me propose d’essayer de dormir. Je ferme les yeux peut-être 10 minutes mais comme il y a plusieurs contractions pendant ce temps, je me résigne à rester éveillé tant que les contractions ne s’arrêtent pas.

 

Il est presque 1h du matin, les contractions sont quasiment régulières. Il n’y a que quelques contractions qui sont espacées de plus de 5 minutes. Maman me serre la main quand les contractions commencent et relâche quand elles s’arrêtent. Elle me demande d’appeler la sage-femme pour lui dire que tu arriveras cette nuit.

 

J’appelle Kim (la sage-femme de garde ce soir là) et elle me répond avec une petite voix, clairement endormie. Je lui explique que les contractions de Maman sont douloureuses et presque régulières et Kim me demande de la rappeler lorsque les contractions seront aux 5 minutes ou moins, mais pas une qui dépasse.

 

Quelques minutes plus tard, Kim rappelle. Elle me dit que finalement, elle va se mettre en route pour notre maison car elle pense que Kim est bel et bien en travail et que, comme il faut lui administrer des antibiotiques avant l’accouchement, il faut qu’elle arrive bientôt.

 

Kim arrive vers 2h du matin, installe son matériel et prépare la perfusion d’antibiotiques pour Maman. Je lui confirme que Maman est officiellement en travail actif car elle a des contractions régulières, qui ne s’espacent plus beaucoup, aux quelques minutes.

 

Kim appelle la deuxième sage-femme ainsi que l’aide-natale pour se préparer à accoucher sous peu ! C’est pour bientôt ! Moi, j’appelle Marilou, une amie de maman, pour qu’elle vienne s’occuper d’Aylie pendant que maman accouche. On pensait que tu attendrais l’arrivée de Papou et Manou (mes parents) mais il faut croire que tu es pressée de voir le jour !

Et puis Maman souffre. Les contractions font très mal et Maman fait la grimace et crie un peu sous la douleur. Entre les contractions, j’essaie de lui masser le bas du dos pour la soulager. Kim propose à Maman de changer de position pour aider. Alors parfois Maman est allongée dans le lit sur le côté, d’autres fois assise sur le ballon ou encore dans le bain. Malgré la douleur, Maman se débrouille très bien. Elle gère la situation avec beaucoup d’effort et de concentration. Elle se concentre beaucoup sur son souffle pendant les contractions et essaye au mieux de relaxer entre les contractions.

 

Vers 3h du matin, la 2ème sage-femme et l’aide-natale arrivent à la maison. Je laisse Kim avec Maman pendant que je vais accueillir tout le monde. En revenant voir Maman, Kim me dit que Maman est à 7 cm de dilatation. 7 c’est bien, ça veut dire que ça ne devrait plus tarder, et oui, à 10cm, le col est complètement ouvert et tu pourras enfin sortir alors plus que 3 cm et tu arrives !

 

J’explique à l’aide-natale que si elle veut utiliser notre bouilloire, il faut qu’elle fasse attention car le couvercle était brisé et la bouilloire ne s’arrête pas automatiquement de chauffer quand l’eau boue et qu’il faut donc l’arrêter manuellement. Je retourne voir Kim et Maman et après une bonne contraction, depuis notre chambre, je vois un épais nuage de fumée provenir de la cuisine !

 

L’aide-natale a mis notre bouilloire électrique (avec un socle en plastique) sur le rond du poêle! Elle ne devait pas être très réveillée… Bref, la bouilloire a fondue et ça s’est mis à sentir le plastique brûlé partout dans la maison…

Pendant ce temps, Maman me demande “Qu’est ce qui ce passe, c’est quoi ça?”. Je lui répond en fermant la porte de la chambre “T’en fais pas, elles sont 2 pour s’en occuper.”.

 

Et oui, Maman avait assez à faire sans se préoccuper de ce qui se passe autour ! Je suis parti aider, on a ouvert toutes les portes et fenêtres pour évacuer les fumées toxiques et la sage femme et l’aide-natale ont ensuite passé du temps à nettoyer pour réparer les dégâts.

 

Marilou est arrivée peu de temps après et rapidement Aylie s’est réveillée à cause de toute l’agitation! Je suis allé la voir pour qu’elle n’aie pas trop peur de tout ce monde à la maison en plein milieu de la nuit puis je l’ai ensuite confiée aux soins de Marilou, qu’elle connaissait déjà très bien.

 

Je suis retourné aux côtés de Maman, Kim faisait de son mieux pour aider Maman à progresser à travers les contractions. Nous sommes retournés au bain pour essayer de soulager un peu  la douleur avec l'eau chaude. Nous y sommes restés quelques temps et quand Kim a proposé à Maman de continuer le travail dans la chambre, Maman a refusé. Elle avait peur d’avoir une contraction en essayant d’aller jusque la chambre et a donc préféré rester dans le bain.

 

Kim a alors proposé à Maman de voir ou elle en était dans son travail et c’est alors que Kim nous informe que Maman est a 9 presque 10. Elle propose à Maman de se mettre en position accroupie pour aider à complètement ouvrir le col. Il est autour de 5h30 lorsque c’est le temps de pousser. On a attendu que l'envie de pousser se fasse sentir.

 

La douleur, très intense pendant les contractions, devint extrême pendant la poussée. Maman hurle de douleur, elle a peur et on essaye de la rassurer, que tu es proche et que c'est presque terminé, quelques efforts encore.

 

Elle n’en peut plus mais malgré tout, elle donne toute son énergie. Maman est forte, elle arrive à reprendre le contrôle malgré la peur et la douleur.

Régulièrement Kim prend ton pouls pour vérifier que tu vas bien, pas d’inquiétudes, tu es en forme.

 

Je tiens les mains de Maman et pendant les poussées, Maman me serre très fort les mains ! Entre deux, j’en profite pour retirer ma bague qui commençait sérieusement à me rentrer dans la peau !

 

Vers 6h, on sent le bout de ta tête arriver et elle finit par sortir, sous l’eau !

Kim aurait aimé que je t’accueille a partir de ce moment là mais comme tu avais le cordon ombilical enroulé autour du cou elle a du faire une petite manœuvre pour que tu puisses sortir sans problèmes.

 

Une dernière poussée à 6h17 qui t’a fait sortir tout d’un coup ! Et tu sais quoi ? Tu est venue au monde avec une petite grimace ! Tu avais les yeux fermés, la tête tendue vers le haut, la bouche en moue et la langue sortie ! Tu es restée comme ça quelques secondes :)

J’ai les larmes aux yeux, Kim t’as mise sur le torse de Maman, tu as pleuré un peu, juste pour nous dire que tu respirais bien mais tu es ensuite restée plutôt calme.

 

Le jour venait de se lever, un 9 septembre, il faisait beau dehors. Je suis parti réveiller Aylie. Je la caresse un peu, je lui dit “Aylie ? Aylie ?”. Elle semble être dans un sommeil profond car je n’obtiens aucune réaction.

 

Puis je lui dis “Aylie, ta sœur est arrivée !”. Et là, je vois Aylie essayer d’ouvrir ses yeux de toutes ses forces tout en se relevant, elle se force à se réveiller et elle me demande avec beaucoup d’enthousiasme “Jeanne est arrivée?”. Je lui réponds “Oui ! Tu veux la voir?” et tout de suite Aylie me répond un gros OUI :)

 

Alors je porte Aylie jusqu'à la salle de bain, elle était tellement heureuse !

Ta sœur t’as super bien accueillie, elle t’a fait plein de bisous, des caresses, elle t’a tenu par la main !

 

De nouveau, j’ai les larmes aux yeux, heureux de te voir, de voir Maman te sourire, de voir Aylie radier de bonheur. Le temps s’est arrêté pendant un moment, nous étions tous dans une petite bulle d’amour.

 

On est restés comme ça quelques minutes à te caresser, à t’admirer. De temps en temps je touchais à ton cordon ombilical qui battait encore d’une chaude pulsation. Kim m’a ensuite proposé de le couper une fois qu'il avait cessé de battre et on s’est ensuite préparés pour retourner dans notre chambre se reposer.

 

Aylie t’a mis ta première couche avec une grande fierté et Maman et moi nous nous sommes reposés dans le lit en ta compagnie, profitant du beau lever de soleil. L’aide-natale nous a préparé des petites choses à manger; nectarines, bagels et raisins, c’est pas qu’on avait faim mais les fruits frais ont fait du bien !

 

Tu as eu ta première tétée, c’est fou de réaliser que, sans rien encore connaitre du monde, tu sais tout de suite comment t’y faire avec Maman… Magique...

 

Vers 8h, tu as finalement eu droit aux petits examens de naissance: 3.225kg pour 50.5cm, 33cm de tour de crâne, tout va bien ! Tu as aussi eu une petite piqure dans la cuisse pour la vitamine K où tu as hurlé de douleur… Maman et moi avons eu un gros pincement au cœur.

 

Kim a testé quelques reflexes. On a eu des papiers officiels à signer et Kim est partie vers 9h (elle nous a avoué plus tard être allée au pavillon de la pomme, la grosse maison verte en arrière de chez nous pour s’offrir une belle tarte aux pommes !), nous laissant ainsi tous les 4 dans notre petite bulle élargie.

Et c’est ainsi que tu es venue au monde ma belle Jeanne.

 

Papa 

 

 

Img_7497
50 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie