Une naissance par césarienne qui se passe très bien

postée
\ Accouchement du 22 mai 2014
t Durée : 1 heure
Bebe-a-bord

Au rdv du 8ème mois, mon gynéco m'annonce un bébé de plus de 3kg5 à terme, depuis le début de ma grossesse je sais qu'il soupçonne un bassin limite, donc pas possible de le sortir à son avis. Il me prescrit donc un scanner et m'ennonce les différentes solutions d'accouchement..

Lundi 12 mai, je passe le scanner et me rend chez mon gynéco, et la le couperet tombe... le diamètre de la tête de bébé est déjà aussi grosse que mon bassin, les résultats de mon scanner dise que j'ai un bassin limite et pas de déclenchement possible car mon col est encore bien fermé et long. Ce sera donc une césarienne programmée pour le 22 mai.

En sortant de la clinique je suis complétement boulversée, mon compagnon également... On avait tellement imaginé cette rencontre à 3. Je me suis sentie minable de ne pas être capable de mettre mon enfant au monde moi-même, je me suis sentie coupable de devoir laissé mon fils partir sans moi du bloc en attendant mon retour dans la chambre, et de ne pas offrir a mon compagnon la magie de la naissance dont tout le monde parle, au premier regard avec bébé et il ne pourra pas non plus couper le cordon comme il le voulait.

J'ai donc regardé les témoignages sur internet et autant dire que cela m'a plus angoissé au départ, la plupart des témoignages sont négatifs vis a vis de la césarienne... J'ai alors chercher uniquement les témoignages positifs. La je me suis rendue compte que le meilleur moyen de bien vivre cette césarienne c'était de ne pas culpabilisé de cette situation, sans la césarienne je ne pourrai surement pas mettre un enfant au monde, mais surtout de faire abstraction de l'opération en vivant ce moment comme une naissance. Tout cela n'a pas enlever mon angoisse qui augmentait de jour en jour.

Mercredi 21 mai , je dois me rendre à la clinique à 16h, on m'installe dans ma chambre, le stress monte d'un coup. Je vais ensuite faire le monito puis je retourne dans ma chambre ou mon compagnon m'a rejoint. On profite de ces derniers instants à 2 et des derniers petits coups de bébé à travers mon ventre. Je passe une nuit à angoissé le lendemain.

Jeudi 22 mai, on m'annonce que je passe au bloc à 9h, le brancardier doit donc venir me chercher vers 8h30. Mais à 8h30 toujours personne, 9h toujours personne, le stress est au maximum. 9h15 le brancardier arrive, je suis au comble du stress, mon gynéco m'assure que tout ce passera bien mais j'ai peur, arriver au bloc j'essaie de me détendre et je me dis que sa y ai dans quelques minutes mon bébé sera là. Puis tout s'enchaine, on me pose la perfusion, la rachi, on monte le champ puis on attend que papa vienne me rejoindre.

A ce moment je me dis que c'est parti, je ne sens aucune douleur mais je sens les secousses, on m'appui sur le ventre puis je sens un grand vide. Bébé est là, on nous le montre vite car il a encore plein de liquide dans les poumons, on entend ensuite ce petit cris que l'on attendais tant, je verse ma petite larme. On m'apporte ensuite mon bébé pour un petit calin, bébé ce calme des que je lui parle, puis il part avec papa. On me recoue ensuite puis on m'emmene en salle de réveil.

Je n'aurai jamais pensé que je pourrais vivre cette césarienne aussi bien. Certes je ne l'ai pas vu sortir de moi mais j'ai tout de même eu cette sensation de vide quand bébé est sorti, le papa était présent on à vécu ce moment ensemble, il n'était peu être pas aussi magique qu'un accouchement par voie basse mais il nous a tout autant rempli d'émotion. Le seul bémol c'est les heures en salle de réveille à attendre de pouvoir les rejoindre.

J'ai donc accouché (certe avec de l'aide mais je le vis comme un accouchement naturel) d'un petit Elio, qui mesure 50cm pour 3kg120.

Je ne vais pas mentir la suite de couche à été difficile, le premier jour on ne peut pas bouger de son lit, de ne pas pouvoir s'occuper de bébé. Le lendemain je me suis levé avec beaucoup de difficulté, mais pour bébé on est prête à tout! Puis j'ai pu m'occuper de bébé toute seule même si la douleur était présente. Je suis sorti à J5 et la je me remis très rapidement.

Aujourd'hui Elio a 3 semaines, je me rappelle cette césarienne avec émotion et bonheur, et finalement les douleurs post-accouchements je n'y penses plus du tout en voyant mon petit bout.

Je voulais partager ce merveilleux moment pour que les futures mamans qui ont peur de la césarienne voient que toutes les césariennes ne sont pas catastrophiques et mal vécu. Il y a des risques certes sa reste une opération et tout le monde n'a pas une césarienne qui se passe bien mais il en est de même pour un accouchement voie basse.

 

D2baaaf5308daccce1c611453cbd9bea
50 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Img_7511_3

J'ACCOUCHE, le livre dans lequel les mamans racontent leur accouchement.

Les récits d'accouchement
des Ptits Mwana

Des récits d'accouchement écrits par les mamans pour les mamans

Écrire votre récit