Bébé surprise à 36 semaines, rien ne s'est passé comme prévu !

postée
\ Accouchement du 21 octobre 2013
t Durée : 9 heures

Cette première aventure de grossesse a été un réel bonheur. Je suis tombée enceinte très vite, et j'ai vécu une grossesse magique, sans nausée, sans fatigue, complètement épanouie, un ventre énorme et trop beau... je ne me suis jamais sentie aussi bien de toute ma vie, je voulais que la grossesse dure encore. Mais c'est bébé qui décide et il s'est décidé à venir bien plus tot que prévu...

Le vendredi 18 octobre j'ai rendez-vous chez ma gynécologue, je suis à 36 SA, le bébé est fort haut, col totalement fermé, bébé assez bien portant. Selon elle, ce n'est pas pour tout de suite ! Elle craint même que je ne dépasse le terme et me conseille de beaucoup marcher.

Le dimanche 20 octobre c'est la fête dans mon village, vu qu'elle m'a conseillé de beaucoup marcher... je marche toute l'après-midi et danse même quelques rocks avec mon chéri à la soirée. A 23h nous rentrons à la maison, je m'endors tranquille ...

3h du matin : PAF !!! un bouchon de champagne, un ballon qui éclate, une inondation dans le lit !!! Je perds les eaux ! Moment plutôt drole, je hurle dans la chambre "Je perds les eaux !!!" Le futur papa (qui avait un peu la gueule de bois de la fête de la veille), se lève en catastrophe en criant, moi pareil je crie "non c'est trop tot !!!" les jambes écartées avec un flot d'eau dans le lit... Puis le futur papa avec un peu de bon sens "STOP, on se calme ! Je vais me doucher, tu boucles la valise et on y va"... Je me tracassais un peu car je ne sentais plus bouger mon fils. La clinique se trouve à 15min de l'hopital, nous partons assez vite et j'ai quelques mini contractions dans la voiture.

Nous arrivons à 4h du matin à la maternité, j'arrive dans le hall d'acceuil, j'ai toujours les eaux qui coulent. L'infirmier me rassure "ne vous tracassez pas madame, nous avons l'habitude de suivre les futurs mamans avec une serprière :D"... très drole lol

Je suis plutôt détendue même si j'ai l'impression de rêver et que je ne suis pas préparée car je n'avais pas fini mes cours de prépations à l'accouchement qui devaient avoir lieux la semaine suivante. La sage-femme vérifie le coeur du bébé et il va bien : ouf ! je suis déjà ouverte à 2cm !

Je tiens jusque 8h du matin sans péridurale, mais les contractions deviennent vraiment douloureuses et je me sens démunies face à cette douleur. On pose la péri à 8h30, soulagement ! Moi qui n'en voulait pas, finalement je bénis le ciel qu'elle existe !

On m'injecte de l'ocytocine pour éviter l'arrivée de bactéries dans le col... je dois accoucher avant 3h de l'après-midi... Ouïiiee ca fait mal, malgré la péri je sens que ca s'accélère, que bébé descend, que le col s'ouvre assez vite. Effectivement à 11h dilatation complète ! On appelle la gynécologue et à midi je suis en salle d'accouchement les jambes en l'air et je pousse pour la première fois... Je pousse, je pousse encore et là ca commence à ne plus aller... Je ne me sens pas à mon aise, des personnes que je ne connais pas sont dans la pièce à côté. Un docteur vient voir sans même se présenter, comme si j'étais un animal de foire. Je me sens gênée et je n'arrive pas à bien pousser, je sens que je pourrais faire mieux mais étant très pudique plein de choses me passent par la tête.

Après 15 min de poussée le bébé ne descend pas... Une sage-femme appuye alors sur mon ventre de tout son poids, en montant même sur une petite échelle ! HORREUR, je déteste ça, ca fait horriblement mal, j'ai l'impression de ne plus sentir mon corps et de ne plus pouvoir gérer mes poussées. Je le dis que je n'aime pas ça, mais c'est nécesaire pour faire descendre le bébé. Malgré ça, le bébé n'arrive pas... La gynécologue prend alors les forceps... et après 2 poussées la tête sort, et ensuite le corps. Je vois mon fils tout bleu plein de sang, j'ai à peine le temps de le toucher que la gynéco coupe le cordon et le donne à la sage-femme qui l'emmène.

Je ne suis pas émue, je me demande ce qu'on fait à mon bébé, il est dans la pièce à côté avec des docteurs et son papa, mais pas de pleurs.

Après 1min enfin son premier cri ! Soulagement ! Les docteurs lui font des soins, le pèse, le mesure, ... je ne l'ai sur moi que 10 min plus tard. Quand on le pose sur moi, il arrête de pleurer... mais je n'arrive toujours pas à être émue. Je suis juste soulagée, je ferme les yeux. Il y a plein de monde autour de moi, la gynéco qui me recoud ce n'est pas très agréable.

Puis enfin une fois tous les 3 dans une autre pièce je réalise qu'il est là et une petite larme coule. Moi qui suis une grande émotive je pensais pleurer comme une madeleine... mais non. C'est en téléphonant à ma maman pour lui dire qu'elle est grand-mère que j'ai pleurer et que je me suis rendue compte de cette aventure.

Aujourd'hui Nathan va bien, il a 6 semaines et commence à faire ses premiers sourires. Mais avec le recul je me rends compte que je n'ai pas bien vécu cet accouchement... Le travail je l'ai apprécié, mais l'accouchement en lui même non : le manque d'intimité surtout, la sage-femme qui appuye sur mon ventre, ces gens que je ne connais pas qui passent voir, le fait que je n'aie pas eu mon bébé sur moi de suite, que le papa n'ait pas coupé le cordon... je suis très déçue du manque d'émotions.

J'espère que pour mon prochain accouchement ce sera difféent... une chose est sûre, je m'affirmerai + face au personnel soignant.

Bref... quelle aventure !

544213_491366574234269_406773468_n
50 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Img_7511_3

J'ACCOUCHE, le livre dans lequel les mamans racontent leur accouchement.

Les récits d'accouchement
des Ptits Mwana

Des récits d'accouchement écrits par les mamans pour les mamans

Écrire votre récit