Mon premier fils

postée
\ Accouchement du 05 juin 2011
t Durée : 14 heures

à quelques mois de mon troisième accouchement, en venant lire les témoignages ici, j'ai eu envie de poster moi aussi mes récits d'accouchement.

premier bébé, un petit garçon prévu pour le 2 juin, alors que j'ai 24 ans

la grossesse se passe bien, à part quelques maux de dos et des rhums interminables.  je suis suivi en clinique (par facilité, je n'avais plus de gynéco et à la clinique ils suivent dès le début alors qu'à l'hôpital ils suivent à partir de 6 mois, et trouver un doc pour les 6 premiers mois s'est avéré compliqué donc je prends les recommandations qu'on me dionne pour la clinique). le gynéco est gentil mais peu bavard (si je ne pose pas directement la quesion il ne m'explique rien). j'ai fait une prépa en libéral, avec une sf super chouette, qui nous explique tout ce qu'il faudrait faire idéalement, et tout ce qui risque d'être fait en vrai ...hum super rassurant.

jour du terme rien !! je n'ai pas ressenti une seule contraction douloureuse de la grossesse, et ce dernier mois quelques pauvres contractions isolées (même pas sure que ça soit ça ou bébé trop à l'étroit). monito à la clinique, on m'explique que je peux dépasser jusqu'à 3 jours et après on me déclenchera car c'est mauvais pour bébé...ok je ne savais même pas que c'était possible de dépasser ces 9 mois quon voit comme LA dead line . on est franchement impatients. en plus il fait hyper chaud depuis un moment et j'en peux plus !!! évidemment on a tout essayé : marches, ménages, carreaux, câlins, escaliers, acuponcture, osthéo...mais rien !

j +2 toujours rien. journée bien occupée. on va faire des courses, balade, repas chez mes parents. je suis naz donc on rentre tôt. et là, posée devant la tv (hawai 5-0, j'aime pas cette série mais elle restera celle de mon premier accouchement), j'ai un peu mal, régulièrement. je prends du spasfon, un bain, ça continue. tiens tiens, bébé veut il décider de quand il arrivera ?

je gère avec le ballon, mon homme qui me masse, on compte les contractions (pendant le bain je crie de la sdb "cliqqque"). au bout de 3 h de contractions régulières on va à la mater.  j'ai mal mais rien d d'ingérable. et là la douche froide, je suis à peine à 2 doigts et surrtout le monito indique de mini contractions, pour eux je ne suis pas en travail !! ok je me sens douillette, moi qui était fière de ma gestion de la douleur... en plus la sf me fait hyper mal en m'examinant (selon elle mon col est certe un peu ouvert mais très postérieur du coup difficile d'accès). du coup je saigne pas mal. elle me file une grosse serviette et me dit qu'on va m'installer en chambre, et me déclencher le lendemain comme prévu. mon homme rentre dormir et la sf me donne un cachet pour passer une bonne nuit.

et là je commence à avoir très très mal. avec le cachet je dors, mais suis réveillée très régulièrement par de fortes contractions, je me lève, m'étire sur les barreaux du lit (c'est marrant mais j'iai instinctivement trouvé cette position qui me soulageait vraiment). puis je me rendors (merci le cachet, qui me gardait dans le gaz); evidemment je n'ose pas appeler la sf, de peur de passer encore pour une douillette...je gère beaucoup mions bien la douleur, étant seul et me disant c'est encore de la gniogniotte par rapport à  ce qui m'attends ... c'est décidé on n'aura plus jamais d'autres enfants (loooll !!!

au bout d'environ 2 h elle passe me voir et me trouve étiré à mes barreaux. je lui explique ce que je ressens, elle m'examine et me dit "vous êtes à 6 cm, forcément vous avez mal, fallait m'appeler". heu ouais ...

je rappelle mon homme qui dormait depuis vaguement 1 h...bon il se lève prends une douche un café et arrive.

une heure après on me pose la péri (rien senti). et là je ne sens plus rien. je suis a 7 cm (j'ai quand meme bien géré)  et je m'endors comme un bébé. le temps passe, dilatation complète 3 h plus tard, puis on attend que bébé descende 2 h et on s'installe. je ne sens toujours rien du tout...pas une contractiion, rien. ce connard d'anesth m'a mis une dose de cheval pour ne pas avoir à revenir, et mêeme si la sf a baisser le goutte à goutte c'est toujours beaucoup trop... on m'installe avec les jambes écartées comme dans les étriers (cette postion que la sf m'a dit qu'il fallait éviter car ça vérouille le bassin...mais je n'ose pas réclamer autre chose). je suis toujours bien shootée par la péri. elle veut me percer la poche des eaux, mais oh bah elle a déjà perçé;...bah non..ah si là elle est vide...et là on comprends que la première sf me l'a percée en m'examinant, et que comme jn'avais plus trop de liquide c'est passé inapperçu dans ma grosse couche !  j'essaie de poussr en soufflant mais comme je sens rien...pas efficace. donc je pousse en bloquant. au bout d'un moment (20, 30 min ?) elle appelelnt le gynéco pour m'aider. il ne se présente pas, ne m'explique rien , et hop bébé est sorti. quand je les entends me dire "il est là" je me demande de qui ils parlent, pour dire comme j'étais shootée !! tout ce temps, une mimi auxiliaire puer me parle tout doucement à l'oreille pour me rassurer, m'accompagner. je n'écoute qu'elle, les autres sont trop agités après mon corps... et mon homme qui essai de me brumiser pour se sentir utile, et que j'enguele parce que j'ai l'impression qu'il va me noyer !!

bref mon fils est là, il va bien, il crie, il est maginifque. il me regarde, pleure peu, je pleure, mon homme aussi...moment magique, comme la première écho mais puissance 10 000.

pendant que le gygy me recourd il m'explique qu'il a dû faire une épisio a cause des forceps (merci de le dire après). je demande si je poussais mal, de ma petite voix culpabilisé, et il m'explique que bébé regardait en l'air et que du coup ça bloquat sa descente. ah ok.

 

suites de couches un peu douloureuse mais rie nde grave. par contre il m'a recoussue avec des fils non ressorbables ...quand il a fallu m'enlever les points à j4 je l'ai encore plus détesté (c'était pas mon gygy qui était en vacances, sinon je l'aurais pourri pour le coup). la pauvre infrimière était désolée...

 

j'ai mis 24h à comprendre que c'était mon bébé, et à ressentir cette amour infini qui ne m'a plus quitté depuis . la nuit suivante, quand je me suis retrouvée seule et qu'il ne se calmait que sur moi. j'a icompris que j'étais tout pour lui, et qu'il était tout pour moi... il était très calme, très facile a contenter (même si à cause des forceps il avait la mâchoir gbloquée ce qui a fichu mon allaitement en l'air pauvre petit chat il avait trop mal quand il ouvrait la bouche)

 

cet accouchement ne m'a pas traumatisé (j'allais bien, il allait bien) mais a franchement entaché ma confiance dans le corps médical. depuis je ne fais plus aveuglément confiance, ne suis plus les recommandations à la lettre et ose m'affirmer. ça fonctionne beaucoup mieux !

2361c5e6e798c18691a02b8a38698c9c
50 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie