Récit de mon 1er accouchement...assez difficile

postée
\ Accouchement du 26 septembre 2009
t Durée : 16 heures

Ma louloute était prévue pour le 25 septembre 2009 ; mais arrivée au jour J, rien ! même pas une contraction...

Comme c'est prévu dans ces cas là, le vendredi 25 donc, je suis allée faire un exam à la mat vers 11H00. Verdict de la gynéco : dilatation à 1cm, poche des eaux prête à rompre, et bébé déjà bien bas.

Je devais y retourner dimanche 27 si rien ne se passait. Ce que je ne savais pas c'est qu'elle venait de me faire un léger décollement...c'était donc çà cette douleur lors du toucher ! outch, qu'est-ce qu'elle m'avait fait mal !

L'après-midi, vers 15H, j'ai commencé avoir des contractions hyper douloureuses ; je n'avais jamais eu çà avant, et punaise, quelle douleur ! Ca faisait comme une vague de douleur qui partait du ventre et se diffusait jusqu'à mes cuisses, c'est dur à expliquer.
Ca a été crescendo toute l'après-midi.

J'ai réussi à manger un tout petit peu le soir, mais çà n'allait pas ; j'ai essayé de faire une sieste en fin d'après-midi, impossible, les contractions revenaient toutes les 8 minutes en moyenne. Vers 21H je me suis mise devant la télé pour regarder NCIS, pfff, j'ai eu un mal de chien à suivre l'épisode lol ; je suis alors allée me faire couler un bain vers 22H30, mais dans l'eau les contractions revenaient toutes les 3 à 5 minutes.
J'arrivais plus ou moins à gérer avec les techniques de respiration apprises en cours de préparation, mais bon, çà n'enlevait pas l'intensité de la douleur...
Vers 23H30 je n'en pouvais plus, mais j'hésitais à aller à la mat (quelle folle quand j'y pense !! ) , j'avais peur que ce soit un faux-travail  ! 

Mon homme ne m'a pas laissé le choix (qu'il a bien fait!!), il m' a dit que je n'allais pas passer la nuit comme çà à me tortiller de douleur, et que hop, il fallait que je saute dans mes habits, et qu'on y aille (les valises étaient déjà prêtes !)

Nous sommes arrivés à la mat à minuit tout pile. Le gardien a prévenu la sage-femme de la salle des naissances, et il a sorti mon dossier en me disant "à mon avis vous allez rester ici ! " . La sage-femme est venue me chercher rapidement, on m'a installée dans une salle d'accouchement (la fameuse salle n°3, celle-là même où j'allais donner naissance à mon fils 22 mois plus tard ! voir mon autre récit d'accouchement) , et elle m'a posée le monitoring ; le coeur du bébé battait bien, et les courbes des mes contractions étaient assez impressionantes. Elle m'a auscultée, j'en étais à 2 cm de dilatation ; à ce stade elle m'a dit "bon, je reviens d'ici une heure pour examiner votre dilatation, ainsi on verra si vraiment le travail a commencé" .


1H plus tard, j'en étais à 3,5 cm ; Là elle a dit "c'est bon, le travail a bel et bien commencé, je vais vous chercher une blouse, çà va être pour cette nuit"
Whaou, çà m'a fait bizarre quand elle a dit çà....je n'attendais plus que çà, mais là d'un coup çà m'a donné un petit coup de stress lol ; Bon au moins je ne souffrais pas pour rien ! mon homme qui était à mes côtés, les heures ont défilées mais on n'a rien vu.

Vers 3H30 l'anesthésiste est venu me poser la péridurale (j'en étais à environ 4,5 cm de dilatation) ; Franchement, j'avais tellement mal que je l'ai accueilli avec une grande joie ; çà me faisait peur ce truc à cause de la taille de l'aiguille, mais honnêtement je n'ai rien senti du tout, puisqu'il y a déjà une anesthésie locale avant ; c'est simplement très désagréable parce qu'ils mettent un produit très froid avant dans le dos, et qu'il faut garder le dos rond pendant la pose, alors qu'on a un gros ventre + des contractions qui lancent dans toutes les jambes (enfin pour ma part).
Puis la SF m'a rompu la poche des eaux, avec une espèce de grande aiguille à tricoter, mais je n'ai pas eu mal du tout, comme j'avais les effets de la péridurale.

Ensuite tout s'est accéléré.

La péridurale n'a a priori pas fait de bien à ma louloute parce que son rythme cardiaque a commencé à chuter fortement à chacune de mes contractions (qui étaient très intenses au vue du monitoring, mais que je ne sentais absolument plus) ; La sage-femme a tiqué, car le coeur du bébé avait du mal à remonter après les contractions ; elle a appelé ma gynéco, qui est arrivée vers 4H20 (j'en étais à 6 cm de dilatation)


Là, la gynéco a dit qu'il ne fallait pas tarder, bébé était en souffrance foetale ; elle a demandé à la sage-femme de prévenir le bloc opératoire et de me préparer pour une césarienne.
Franchement, quel flip...et pile à ce moment là j'ai commencé à me sentir très mal, envie de vomir, et des douleurs qui revenaient encore plus fortes qu'avant.......La pompe qui me délivrait le produit anesthésiant fonctionnait mal, çà bipait tout le temps, du coup tous les effets de la péri sont partis en à peine 3/4 d'heure....

Et là j'ai commencé à trembler de tous mes membres, je ne contrôlais plus rien, plus j'essayais de stopper le truc et pire c'était, en fait il s'agissait d' une crise de tétanie, c'était dingue, je tremblais de la tête aux pieds, je claquais même des dents....apparemment c'est un des effets secondaires possibles d'une péri....super...déjà que je n'en avais plus les effets.... Ca m'épuisait, et en plus je commencais à souffrir énormément au niveau du bassin ....je sentais une douleur terrible dans le haut du vagin en fait, c'est indescriptible, je n'avais jamais souffert comme çà ! j'étais dans le brouillard total, j'etais encerclée par la douleur et les tremblements.... la gynéco m'a dit que c'était parce que bébé descendait dans le bassin.

Elle m'a réexaminée une dernière fois avant de me descendre au bloc, et "miracle" : en un quart d'heure j'étais passée de 6 cm à 10 cm !! (faut dire j'avais eu une dose d'ocytocine dans la perf)

Là elle a dit "c'est Ok, vous pouvez accoucher par voie basse, mais il ne faut pas traîner" .
Que d'émotions en peu de temps, je tremblais de plus en plus, et j'ai eu vraiment très peur quand on m'a installée les étriers, je ne sais pas pourquoi, tout çà avait été trop vite ; et qu'est-ce que j'avais mal !!

La gynéco et les sages-femmes présentes m'ont guidée pour les poussées, mais j'ai eu du mal au début, je ne poussais pas bien, je me fatiguais pour rien, et du coup j'ai chopé plein de petits boutons sur le visage et le décolleté (çà arrive aux mamans qui poussent avec le "haut du corps", en fait c'est des petits vaisseaux qui pètent - heureusement c'est déjà parti, en 3 jours environ , çà me faisait presque comme la varicelle lol)
Je ne sais pas combien de temps j'ai poussé, mais je n'en pouvais plus, je souffrais le martyre, heureusement que j'étais bien encadrée, et que mon homme était là, il me soutenais la nuque et me vaporaisait de l'eau dans la bouche, j'avais la langue complètement sèche. Par moments je ne captais plus rien de ce qui se passait autour de moi, j'ai eu l'impression de presque tomber dans les pommes à 2 reprises....j'ai même pensé "je vais mourir" ! A un moment j'ai crié je crois, j'ai hurlé même tellement la douleur était forte, et ma gynéco m'a dit sur un ton ferme "mais non vous n'avez pas mal, vous mettez au monde votre enfant ! " (euh...oui bah j'avais vraiment très très très mal)


Mes poussées n'aidaient pas beaucoup ma fille à sortir, et pourtant je ressentais ce besoin indescriptible de pousser, je la sentais là, bloquée en moi, mais je n'avais plus de force, les tremblements me vidaient de toute mon énergie.....

J'ai eu la ventouse (mais je n'ai même pas compris sur le coup, et j'avais tellement mal qu'un peu plus ou un peu moins, je ne savais plus ! D'ailleurs à ce moment là j'ai été déchirée - la gynéco là préfère laisser faire une déchirur naturelle plutôt que de pratiquer une épisio _  mais je ne l'ai su qu'après...) car je bloquais bébé à la sortie en me contractant trop (d'où les douleurs que je ressentais )

En fait je n'ai pas lâché prise du tout, j'ai trop paniqué, à cause de mes tremblements, du rythme cardiaque de bébé, de la césarienne que j'avais failli avoir etc...

Pendant les poussées la gynéco m'a encouragé à deux reprises en disant "allez allez on voit les cheveux de votre bébé " det finalement ma fille est née à 5H37, elle a crié quasi immédiatement ; whaou.....quel choc de la découvir ! quelle merveille ! 

La gynéco a coupé le cordon quasi immédiatement (elle ne l'a même pas proposé à mon mari, alors qu'il a coupé le cordon lors de la naissance de notfe fils), et du sang à gicler partout, j'en ai même reçu dans l'oeil ! bref....

Je n''ai pas eu ma fille contre moi tout de suite, vu qu'elle avait été en souffrance foetale le pédiatre était déjà là, il était venu rapidement pour vérifier que tout allait bien pour elle , ils l'ont embarqué tout de suite pour faire des exams et ouf, aucun souci, elle a eu 9/10 la 1ère minute au test d'Apgar, puis 10/10 à la 5ème minute.


 Mon homme est allée avec elle pour ces 1ers contrôles, pendant que la gynéco me retirait le placenta, et qu'elle me recousait ..c'est là qu'elle m'a dit que j'avais été un peu déchirée, entre le vagin et l'anus et sur une des petites lèvres, brrrrr .....autant je n'ai rien sentie quand j'ai été déchirée, autant là j'ai douillé quand elle m'a recousue, je sentais l'aiguille et le fil, arghh ..je gigotais dans tous les sens, la gynéco s'est enervée en me disant qu'elle n'y arriverait pas si je continuais comme çà, là j'ai gueulé en disant que je n'en pouvais plus, que j'avais horriblement mal alors elle m'a dit "ah bon, vous sentez ?! " et quand même, elle a daigné me refaire une mini anesthésie locale.....

Ensuite une sage-femme est venue, d'emblée elle m'a gonflée en me disant "si vous n'aviez pas pris autant de kilos pendant votre grossesse - 18 en tout - vous n'auriez pas été déchirée ! " .............!!!   De quoi je me mêle ?? J'avais vachement envie d'entendre çà à ce moment là !

Elle m'a appuyé sur le ventre comme une sauvage pour me faire uriner, après m'avoir introduit une sonde dans le méat urinaire -arghhhh encore une fois - car je n'arrivais pas naturellement.....

Et enfin, après toute cette torture, j'ai pu avoir ma louloute sur moi, et lui donner le sein pour la 1ère fois...
Je l'ai trouvé belle, mais belle.....Un "trop plein d'amour" m'a envahi d'un coup, assez fou....et là j'ai réussi à enfin me détendre, et oublier (un peu) tous les bobos que je venais d'avoir...

 

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie

Les récits d'accouchement
des Ptits Mwana

Des récits d'accouchement écrits par les mamans pour les mamans

Écrire votre récit