De l'ocytocine pour naître

postée
\ Accouchement du 09 février 2014
t Durée : 6 heures et 30 minutes

Bonjour à toutes, je vous ai lu pendant ma grossesse et m'étais promise de vous raconter également mon accouchement.  

A toi, le 9 Février 2014 tu as changé ma vie 

Je te passe les détails de ta vie intra-utérine, tu nous as fait de sacrées frayeurs ! Trop pressé de venir dans notre monde tu a faillit naître le 4 novembre 2013, à 25 semaines de grossesse... Je n'oublierais jamais l'angoisse que j'ai ressentie, le visage de la sage femme nous annonçant « j'ai un col modifié » , quelque chose en moi s'est brisé ce jour-là, l'angoisse monter et un mélange de peur et d'horreur : non tu ne pouvais pas naître, pas maintenant, pas si tôt. Heureusement ton papa était là et bien que l'angoisse était là pour lui il a été d'un réconfort immense me disant que nous allions nous en sortir et que tu n'allais pas naître parce que le personnel allait arrêter tout ça. Ton papa avait raison, nous nous sommes battus, ton papa s'est formidablement bien occupé de moi pour que je puisse rester couchée 22heures par jour et ainsi gagner des journées précieuses pour ton développement et ta survie.

J'ai vécu 12 semaines ainsi, alitée à redouter toutes les contractions qui m'assaillissaient jour après jour, nous faisant redouter ta naissance... Par bonheur, la nouvelle grosse alerte n'a eu lieu que le 2 janvier, encore trop tôt mais ton pronostic vital n'aurait plus été engagé... Bon ça m'a valu 3 jours d'hospitalisation contre 1 semaine la fois précédente, mais encore une fois combat gagné pas question que tu sois capricorne !S'en sont suivi 4 semaines de contractions plus ou moins intenses, la finition des derniers préparatifs , nous étions prêts pour que tu arrives !

Le 7 février, j'ai eu rendez-vous avec ma sage-femme pour un énième monitoring, et là elle m'a regardé en me disant « ça va ? Non parce que vous avez des bonnes contractions toutes les 2 minutes là ! » , habituée à ça moi j'allais bien, pour ne rien te cacher, j'en avais assez d'avoir tous les ¾ jours 6/7 heures de contractions, c'est que ça devenait sacrément fatiguant !!

Étonnamment, ma sage-femme eu un sourire en me disant « à mercredi... peut-être » , elle m'avouera après ta naissance qu'elle se doutait que tu naitrais d'un jour à l'autre !

Dans la nuit du 7 au 8 février, je me suis réveillée à 4h30 du matin avec un gros doute : « ai-je fissuré la poche ?? », étant inexpérimentée, je décide d'attendre de voir et surtout d'aller manger avec mes copines. Cependant, une fois arrivée plus trop de doutes la poche est sûrement fissurée, petit tour à la maternité obligatoire en fin d'après-midi !

16h00, je rentre à la maison, récupère ton papa et on part à la maternité... Arrivés là-bas on nous passe en salle pour quelques examens et le verdict tombe : « on vous garde » , et là je t'avoue avoir éclaté en sanglots, tout devient trop réel, tu vas naître mais moi je ne suis pas prête !! Alors je pleure, en plus je n'ai pas dit au-revoir comme il se doit à Galak ! Ton papa se moque de moi mais il est très inquiet, le diagnostic de pré eclampsie vient de tomber il ne faudrait pas que tout ça dure trop longtemps. Une fois installés dans notre chambre, (la 106), ton papa part chercher nos valises et moi je tente de me détendre... On passera une nuit pourrie mais 9h00 du matin est vite arrivé, on toc à notre porte et on nous demande de partir en salle d'accouchement....

 

9h00 le 9 février 2014

Nous découvrons la salle d'accouchement, lumineuse, spacieuse, on a même un poste pour écouter de la musique ! La sage-femme arrive (à première vue je ne l'aime pas!) , me pose le produit qui va servir à ouvrir le passage pour te permettre de naître... Elle reviendra toutes les heures vérifier où nous en sommes, comment tu vas … A midi, elle décide d'augmenter la dose pour aller plus vite et nous lançons les paris : elle annonce ta naissance avant 16h, le Dr Monnier à 18h … Nous on n'annonce rien du tout, on est dans l'attente … Nous t'attendons...

12h30, la douleur est trop forte, toutes les contractions sont dans mon dos ! Un TV je suis à 6 cm, belle performance pour un déclenchement et en 3h30 non ? Alors on arrête le produit le temps de la pose de la péridurale - gros avantage du déclenchement c'est qu'on peut arrêter les contractions !! -, ça n'a rien d'agréable et en même temps rien de bien dramatique, et quel soulagement ! Bien que l'anesthésiste s'y soit repris à 2 fois parce que mon dos était trop en vrac je suis bien heureuse de l'avoir prise !! Pour fêter ça la sage-femme augmente la dose du produit, et me perce la poche des eaux : paf je suis à 8cm !

14h30, tu commences à bien t'engager dans mon bassin, ça devient très inconfortable et ton papa appelle pour qu'on vienne vérifier où nous en sommes … Verdict, tu n'es plus très loin mais il faut encore que tu descendes... Je sers les dents et tente de faire le vide...

14h45, ton papa rappelle et la sage-femme décide de tester ma façon de pousser … Pas très concluant mais je ne peux que m'améliorer … Sans rien dire l'ultime combat commence, après 39 semaines d'attentes je dois donner toutes mes forces pour te permettre de nous rejoindre.

Pour ne rien te cacher, je n'aurais jamais pu imaginer la force et l'endurance nécessaire...

Assez rapidement, 3 autres personnes nous rejoignent et moi je m’essouffle, m’époumone … J'ai l'impression que je n'arriverais jamais à te faire sortir... D'ailleurs ton papa pendant ce temps me tient la tête, me donne à boire et s'inquiète que rien n'avance...

La sage-femme tente de t'ouvrir le passage en écartant avec ses mains, en plus tu regardes vers le ciel ce qui n'aide en rien. Elle me demande de me fâcher, de tenir le coup, on m'appuie sur le ventre, on m'encourage, me fait des remontrances … Je me désespère, dis à ton papa que je n'en peux plus, je n'ai plus la force et soudain tu es presque là mais ton ton cœur ralentit dangereusement l'obstétricien me laisse encore 2 chances et après il intervient ! Alors je me fâche, ton papa m'encourage me dit « allé lache pas lache pas, tu peux y arriver », je donne tout, m'accroche au regard de la sage-femme qui a compris qu'à ce moment là il n'y a qu'elle et moi et ça y est ta tête sort, encore 2 poussées et ça y est la fin du marathon … Tout le monde s’exclame, tu atéris sur mon ventre.

L'anesthésiste m'a fait une péridurale qui m'a uniquement permis de ne pas sentir les contractions mais du reste j'ai absolument tout senti, cette envie irrépressible de pousser, cette gêne si forte sur le périnée... Je ne le remercierais jamais assez d'avoir si bien fait son travail.

 

15h26, 45 min de poussées et le calme

la plus belle heure de notre vie, les mots me manquent pour te décrire ce que j'ai ressenti. Cependant, je me souviens de tout, de la chaleur de la salle d'accouchement, des exclamations de joie/soulagement, de cette vague de soulagement qui m'a envahi, de tes grands yeux me fixant, de la puéricultrice te massant pour t'aider à t'adapter à ton nouveau monde et surtout de ton papa...

Ton papa s'est mis à pleurer à l'instant où tu es sorti et ne s'est arrêté qu'un bon 15 min plus tard.. Entre temps il s'est lavé les mains au moins 5 fois pour être sur de ne pas te rendre malade. De mon côté, mon regard n'avait de cesse d'aller de toi à ton papa, mes premiers mots pour toi ont été « coucou toi » et après nous avons très peu parlé, nous t'avons surtout contemplé avec ton petit bonnet, compté tes orteils, écouté respirer...

15h26, 9 Février 2014, 3kg450 et 51cm, petit verseau.

Tu es né sous un beau rayon de soleil, tu as bouleversé ma vie, tu es un bébé adorable, souriant, gazouillant, jour après jour j'apprends à te connaître, à voir ce qui te fait rire, t'apaise, t'énerve et je vois dans ton regard tout l'amour que tu nous portes déjà.

Pour autant la bataille n'était pas tout à fait terminée pour moi puisque j'ai fait une magnifique hémorragie avec révision utérine, une déchirure avec 3 points externe et 2 interne ... Une tension qui est restée haute pendant 15 jours...

Mais comme on dit "on oublie tout", même si aujourd'hui je ne suis pas prête à revivre les angoisses que j'ai eu pendant ma MAP, je sais qu'un jour on retentera l'aventure et qui sait peut être que tout se passera bien! 

864a26010a8daed6516199fc7d9119a7
50 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie