Mon 1er bébé

postée
\ Accouchement du 20 mars 2002
t Durée : 9 heures

Je prends enfin le temps de raconter mes accouchements, en commençant évidemment par le plus lointain qui a eu lieu il y a deja 11 ans...

Je me souviens d'une grossesse idyllique,trés bien vécue et dans l'attente impatiente de ce petit être tres désiré.

J'ai accouché 1 mois avant terme, sans que cela ne pose probleme.

Vers 4 heures du matin une envie d'uriner m'a reveillée, je suis donc descendue et c'est sur les toilettes que j'ai perdu les eaux. Immédiatement les contractions ont démarré avec plus ou moins d'intensité. J'ai reveilé mon conjoint en lui disant qu'il avait le temps mais qu'il fallait qu'il se préparé, que le bébé avait decidé de prendre un peu d'avance.

Pour prendre son temps, monsieur l'a pris. J'avais tellement peur de le stresser que je serrais les dents a chaque contractions, je voulais le preserver de la panique. Il a ptit dejeuné tranquillement, a pris sa douche, s'est lavé les dents. Je savais qu'il ne souhaitait pas assister a la naissance de son fils, bien qu'il serait dans le "couloir", il était donc entendu que ma mère prendrait sa place, je ne voulais absolument pas accoucher seule.

Nous sommes donc allé cherché ma maman sur le chemin de la maternité et arrivés sur place j'etais à environ 3 doigts, je sentais que ça poussait et j'avais très envie d'aller a la selle.

J'y suis allée et malgré tout ça poussait toujours. Mais on me disait d'attendre, que mon gyneco n'était pas là.

Les contractions étaient très proches, l'anesthésiste est venu me poser la péridurale, il a fait cela rapidement et très vite je n'ai absoument plus rien senti.

Mes jambes étaient devenues de la viande morte, je ne sentais plus aucune des contractions et j'en suis venue a m'ennuyer ferme sur la table d'accouchement. On venait écouter le coeur du bébé, voir ou en était mon col sans jamais me le dire à moi, et on repartait...

Enfin vers midi on m'a dit que mon gynécologue était arrivé (je n'avais pas demander à accoucher particulièrement avec lui, les sages femmes auraient elles aussi été très bien pour moi, c'était le protocole....avec le recul c'était sûrement le protocole des honoraires qu'il pourrait toucher étant dans une clinique privée) 

J'ai vécu mon accouchement comme étant spectatrice, c'est une sage femme qui touchait mon ventre pour voir mes contractions, je ne sentais strictement plus rien, forcémment mes poussées n'était pas assez puissantes, non seulement je n'avais suivi aucune préparation mais en plus aucune douleur ne me guidait. À 12h26 mon fils est né aidé de la ventouse, une montée d'emotion m'a submergée sur le coup.

Il a pleuré de suite et les deux heures suivant l'accouchement sans que rien ne le calme, on m'a recousue.

Je reprends les termes du gynéco "c'est de la dentelle ce que le bébé vous a fait..." le papa est entré voir le bébé dès que ma maman lui a cédé la place. J'étais très fière d'être maman mais je m'attendais à une osmose dès la naissance de mon petit, qu'il me regarde dans les yeux...

Au bout des deux heures ils m'ont emmenée en chambre sans mon petit qu'ils ont gardé en pouponnière. Je n'allaitais pas mais ils ont oublié de me donner des biberons une fois le petit dans ma chambre. J'etais plus ou moins perdue, lui ne réclamait pas, fatigué par une jaunisse qui m'obligera à rester plus de 6 jours et à finir par le faire hospitaliser ailleurs, d'ou il ressortira guéri en moins de trois jours.

Le 1er échange de regard  que mon fils a eu a été pour une puéricultrice, qui a su lui faire ouvrir les yeux. Ça m'a fendu le coeur. Il a aujourd'hui 11 ans, je suis très fière de lui, mais les câlins ont souvent eté pour moi un devoir envers lui, je ne savais pas comment l'aimer ,mon bébé en venait à m'intimider....sans mentir la première fois qu'il m'a regardée intensément dans les yeux, il avait déjà plus de 4 mois, et j'ai baissé les yeux....

Je reste persuadée que si j'avais accouché différemment, notre relation se serait installée plus vite, il va de soi que c'est mon fils et que je l'aime, mais les demonstrations avec lui restent plus difficile, moins naturelles qu'avec ses frères.

Ha oui j'oubliais une chose importante, né a 37 semaines il pesait 2kg860 et mesurait 48 cm. C'est maintenant un beau jeune homme de 11 ans qui depasse la plupart de ses camarades de classe.

À l'epoque je n'avais pas d'ordi est donc je n'ai pas de photo à vous montrer :(

Picture
150 pts

Commentaires

  • Nono C'est un joli récit, très touchant et émouvant qui nous fait nous poser beaucoup questions parmi lesquelles, est-ce le type de relation que l'on va démarrer avec son enfant dépend de l'accouchement que l'on a ? Une question difficile. En tout, j'ai été très émue de voir à quel point tu n'avais plus le contrôle, les termes que tu emploies sont forts "de la viande morte", cela montre à quel point tu étais vraiment spectatrice. J'ai hâte de lire les accouchements suivants pour voir à quel point ils ont été différents et à quel point ils ont eu un impact sur ta relation avec tes enfants. Merci en tout cas d'avoir partagé avec nous ton récit.
    il y a environ 5 ans
  • 3momes en effet trois accouchements tres differents,je pense que meme si il ne fait pas tout,mon vécu m'indique clairement que l'accouchement a un impact sur la relation,
    il y a environ 5 ans
  • 3momes j'espere que cela pourra aider d'autres maman :)
    il y a environ 5 ans
  • Nono j'en suis sûre!
    il y a environ 5 ans
  • ecrire un commentaire

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie