Mon accouchement parfait et rock n' roll : la petite histoire qui va bien

postée
\ Accouchement du 16 février 2013
t Durée : 11 heures et 30 minutes
36332_461972567174978_1967510990_n

 

Fin juin 2012, nous faisons un test de grossesse mon conjoint (scahsch’) et moi. C’est juste avant de participer à un festival de métal, que nous apprenons que je suis enceinte. Durant ces 3 jours de festival, je réalise que nous allons avoir un bébé et que je vais être confrontée durant les 9 prochains mois à ma plus grande interrogation existentielle : C’est quoi être enceinte ? Accessoirement parlant, je fais une croix sur le gros pack de bière acheté il y a une heure…Ben ouip, forcément…


La grossesse se passe bien, je ne change pas grand-chose à mon mode de vie. Voyage aux USA, fêtes entre potes, grosses siestes…J’ai quitté mon boulot à l’étranger pour me consacrer à cette grossesse. C’est un peu dur moralement de ne plus rien faire mais je me dis que c’est comme ça…Et Schasch’ est là, nous ne sommes plus loin l’un de l’autre et ça me donne du courage. Le terme est prévu entre le 21 février et le 01 mars.


Je participe aux cours d’accouchement de ma maternité, qui sont en groupe et géniaux et je vais aussi voir un homme sage-femme indépendant pour favoriser le contact papa, maman en solo. Tout se passe bien mais durant le 7eme mois, on me dit à la maternité que je risque d’accoucher très bientôt car la puce est basse et bien engagée…Fin du 8eme mois, toujours rien, mais par contre j’ai des douleurs ligamentaires qui me font hurler ; je ne peux plus marcher, je ne peux même plus me tourner dans mon lit. C’est mon conjoint qui m’aide à me lever, m’emmène aux toilettes etc…C’est très frustrant. J’ai hâte de rencontrer ma fille et hâte que la grossesse s’arrête.
Nous avons eu plusieurs fausses alertes et nous sommes montés 3 fois « pour rien » à la maternité. Nous prenons ces aller-retour pour des répétitions et nous sommes fin prêts (nous connaissons le parking par cœur et nous sommes habitués au monitoring). En attendant, je lis tous les récits d’accouchements, passe mon temps sur le net pour lire des témoignages et regarder les albums de grossesse. C’est dur de voir que les autres femmes accouchent. J’ai l’impression que cela ne va jamais arriver pour moi…

13 février, je passe la journée à avoir des contractions, elles sont plus ou moins douloureuses mais elles sont rapprochées. Mon schasch’ reste avec moi car nous pensons que c’est le grand jour. Les contractions ont un bon rythme, elles vont de toutes les 20 min à toutes les 7 min puis toutes les 3 moins pendant 10 min, puis elles s’espacent… En début de soirée, les contractions s’espacent, pour être quasi inexistantes à partir de 23h…Je suis fin vénère. Le lendemain (14/02), mon schasch’ va travailler, les contractions reviennent, plus fortes mais sont bien espacées. Je souffre de mes douleurs ligamentaires et je demande à schasch’ de revenir en milieu d’après-midi je suis en transe, j’en ai marre…Nous décidons d’aller faire un tour de voiture, de prendre des dos d’ânes et de faire des dérapages frein à main pour faire venir la puce. On fais donc une ballade de 4H, avec des contractions très fortes et rapprochées de 7 min, puis 5, pendant 15 min, puis elles s’espacent pour passer définitivement…Nous rentrons fourbus, épuisés et je suis complètement démoralisée…J’ai envie de prendre une pelle et de creuser ma tombe, je n’en peux plus….

Le lendemain, le 15, je décide de ne pas me laisser abattre. Mes douleurs ligamentaires me laissent un peu de répit et j’en profite donc pour aller faire qq courses, de quoi faire des lasagnes et un choux aux châtaignes, des fleurs et hop, je me prépare à passer un après-midi à cuisiner…Ce que je fais en rentrant. Je suis debout, j’épluche de l’ail, des oignons et popotte, je cuisine…

Vers 15h, je sens que quelque chose s’écoule en bas…hu ??? Je vais aux toilettes et je vois des taches de sang, brunâtre…je suis perplexe. Je téléphone à Schasch et lui raconte, il me demande d’appeler directement la maternité et de leur décrire tout ça. Ce que je fais : « ah ma petite dame c’est certainement le bouchon muqueux, ça peut être rien comme ça peut être maintenant. Passez-nous voir, on va faire un contrôle ». « Huuu ? » re coup de fil à Schasch, qui quitte immédiatement le boulot et revient. Je prépare un peu les dernières petites choses pour mon sac de maternité : mon maquillage, des lingettes, mon « t-shirt de chance » pour l’accouchement…je me pose un peu dans le salon en attendant Schasch’. A la radio, il y a une interview de Wax Taillor, un de mes compositeurs préféré. C’est con mais je me dis que c’est un signe, c’est le go de départ, c’est pour nous cette fois. Schasch’ arrive, il est un peu anxieux et me demande de me dépêcher,  «  hophophop on y va…Oui oui on y va, mais je veux congeler mes lasagnes avant…Mpppffff… « Passes par là pour aller à la mater…Non ? Tu ne veux pas ???Bonn…Hop parking, hop c’est bouché, il y a un dépannage sur la barrière d’entrée…Schasch’ descend « ma femme va accoucher, barrez-vous »…That’s my hero…

Hop on monte direct à l’étage des salles de travail. On m’ausculte…Pour la sage-femme (SF), ces pertes ne sont pas alarmantes, c’est sans doute le col qui travaille (« meeeerde, c’est ENCORE une fausse alerte ???? »). Par contre elle veut vérifier si je n’ai pas fissuré la poche des eaux car selon elle, il y a un peu de liquide amniotique au bout de son gant…
Bon ben voilà, du coup on parle d’autre chose avec schasch’, de son boulot, de la chaleur dans la chambre…je transpire grave sous les bras…On regarde mes contractions sur le monito, et elles sont là, plus ou moins fortes. Je regarde le monito des autres femmes qui sont en salle de travail…OUTCH il y en a qui doivent être en train de douiller grave…ou pas…avec la péri…Au bout de 30 min la Sf revient. Elle me dit, « bon, c’est bien du liquide amniotique, on va vous garder et demain vous aller avoir votre bébé »…Je ne comprends pas sur le coup, je crois que je suis en train de lui dire qu’il fait vraiment chaud ici…Schasch me dit : « Tu as entendu ???? nan mais tu as entendu ce qu’on vient de te dire ??? » « Non… » Alors la Sf reprend : « Demain au plus tard vous allez avoir votre bébé, vous restez avec nous cette nuit… »…Larmes 
Je n’y crois plus, personne ne comprends pourquoi je pleure mais moi je sais : Je suis au bord du nervous breakdown, ses derniers jours ont été épuisants et maintenant j’y suis, c’est là, demain, maintenant, c’est parti…Aller hop on me pose un cathéter, énooorme, j’aime pas…mais la Sf est douce (comme d’habitude le personnel de la croix Rousse est au top)…Bon OK ma veine claque et j’ai du sang partout, mon leggins de grossesse en prend pour son grade mais je m’en tape car bientôt, je ne vais plus le mettre.

On va me mettre dans une chambre de la maternité, pas en salle de travail, vu que le travail n’a pas commencé. Je suis donc officiellement hospitalisée. Si le travail ne se met pas en route de lui-même cette nuit, on me déclenche le lendemain, vers 10h, pour « avoir mon bébé en début de soirée ». On rigole comme des gamins avec Schasch’…

J’arrive dans la chambre, je suis avec une autre jeune femme, qui ne dit pas bonjour et dont je suis séparée par un paravent blanc, transparent…La SF de garde vient se présenter, elle à l’air pas sympa au premier abord…Avec Schasch’ on déconne, on rigole…Je mets mon t-shirt chance, on fait des photos et j’arrive à manger…Haaaaa, mon premier repas maternité….huuuummm. La Sf revient, me demande si j’ai besoin de rien…Elle a l’air plus cool, je commence à bien l’aimer (et ça c’est important pour moi….) Après le repas, on va faire un tour dans les couloirs, on discute, on profite d’être ensemble car en étant en hospitalisation, Schasch’ ne peut pas rester avec moi au-delà de 22h. Donc pour lui se sera retour à la maison et dégustation de mes lasagnes (que j’avais eu le temps de terminer, ainsi que le chou aux châtaignes).

On a du mal à se quitter, d’autant plus que des petites contractions sont apparues…Comme des douleurs de règle, rien d’alarmant…J’espère ne pas être déclenchée car il paraît que les contractions sont beaucoup plus douloureuses. Un dernier petit tour avec Schasch’ dans le couloir, un petit coup de fil à ma mère (qui est en pleurs au bout du fil et qui de son côté doit préparer un couscous pour 10 personnes et qui veut tout lâcher pour être là) et vlan, je me retrouve toute seule avec ma compagne de chambre (qui est venue éteindre les lumières principales de la chambre d’autorité à 22h, histoire de dire à Schasch de dégager….)

Bon aller, je m’installe, mon boudin (coussin magique), mon MP3 avec le bruit de la pluie et inclinaison du lit (trop grand pour mon mètre 82…)
Les contractions sont là, de plus en plus intenses, je supporte patiemment, je respire, je visualise les images des paliers de douleurs de contractions…OUailllllee la vache, ça s’intensifie…Intérieurement je commence à me dire que j’ai commencé le travail toute seule, comme une grande. La SF passe me voir, elle confirme, pour elle j’ai commencé le travail. En partant elle me dit que je risque de passer « une sale nuit »..ah ouais ??? Sale comment ? Hu ? Je respire, en essayant de respirer sans trop de bruit…rapport à ma charmante compagne de chambre qui soupire…
Je vais faire un petit tour au toilettes et là, HORREUR et DAMNATIONS, le fameux bouchon muqueux qui me regarde…je le regarde…C’est dégeu, franchement, c’est glaireux et berrrrrkkk…Dégage dans la poubelle…
Je reste en contact avec Schasch’via textos….Donc je le préviens. Il hallucine et moi aussi….Huuum, j’ai envie de m’endormir un peu, il faut peut-être que je me repose. Je me redresse un peu dans mon lit…Et là…Un enooorme CRACK dans mon ventre suivi d’une belle sensation d’inondation là…en bas…ouuuupsss…Je précise que j’ai toujours des douleurs ligamentaires mais là, ni une ni deux, je me mets sur mes gambettes et rampe à la GI-jo dans les chiottes…J’ai l’impression de faire une hémorragie interne, mais non, c’est un liquide clair, très clair, chaud et avec une odeur assez forte, mais pas désagréable…C’est les eaux ? hu ?...Petit texto à Schaschou ; je préviens la SF… Qui me félicite pour mon efficacité…


A partir de ce moment, j’ai compris ce qu’étaient les douleurs de l’accouchement…J’ai mal, très mal et je ne peux plus me concentrer sur autre chose que sur cette douleur. Je demande à la SF d’appeler mon Schasch’ pour qu’il rapplique direct, car là, j’ai besoin de lui, NOW !! Je ne prends plus de précautions pour faire du silence, je me concentre et souffle et crache et gémit comme un chat damné …Ça fait mal…On ne sait pas par quel côté ça va sortir, c’est intense de douleur. Ayant mangé, je pensais que j’allais vomir (la SF m’a dit que pour TOUS les accouchements c’est ce qui se passe). Comme j’ai une peur bleue de vomir, je me concentre…Je ne veux pas vomir, j’ai mal, au ventre, à l’estomac, à la gorge, à la tête, aux oreilles…J’arrive à identifier les contractions : elles arrivent, ça monte, pallier de douleur, ça redescend, je peux me reposer. Schasch’ arrive. Je suis tellement heureuse de le voir. Je ne peux pas faire cela sans lui. Il me donne du courage. Je l’aime. Ensemble on se met en place : sur le ballon, sur le lit, Schasch’ me donne le bras que je mord, je l’utilise pour m’essuyer le front…Mais pour moi, la grosse catastrophe, c’est d’avoir les mains qui sentent…l’ail…Et oui la cuisine de l’après-midi a laissé des traces, et c’est pas peu dire. Cette odeur m’insupporte, je n’en peux plus. Entre deux contractions, je me lave les mains, j’utilise des lingettes, je pense que je vais vomir…C’est horrible (note pour plus tard, des gants pour éplucher ce truc…).
La SF passe pour contrôler ma dilatation…Je suis à 2..HEIN ??? nan mais alors, tout le monde s’assoit et on reprend.. ;Je suis à COMBIEN ??? 2 ??? Mais, je vais crever !!!!Ah oui, ben tu parles d’une sale nuit…La SF me dit qu’elle ne peut me monter en salle d’accouchement qu’à partir du moment où je suis à 4, pour recevoir la péri…Donc, va falloir attendre encore…Elle me propose un peu d’acupuncture…OUI, ce que tu veux, envoie tout ce que tu veux, j’en ai jamais fait mais je m’en tape. Hop, aiguilles, dans le dos et dans les pieds…OUTCH ça fait mal ? C’est vraiment utile ??? ou bien on peut aussi se mettre en ronde et faire bruler un peu d’encens avec mes restes de repas de maternité…genre grigri ça peut être bien aussi…NAN ? bon ok…je souffle, je crache, « Schasch’, elle revient (la contraction), elle est là, ça monte, HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII, elle ralentie, redescend, c’est bon, repos…. » Et voilà c’est comme ça, jusqu’à 4h du mat…La SF revient, je la supplie d’enlever les aiguilles, qui me font l’effet d’une pression de dingue dans le dos…Elle m’ausculte…sui à un « petit » 3…je pleure, je crois : je veux la periiiiiiiii…la sf : « Bon aller, je vais dire à mes collègues que vous êtes à 4 »…Oh oui merciiiiii, je vous aime…à moi la péri, le bonheur, la fin de la douleur…merciiiiiiii…C’est OK pour l’équipe médicale, je vais monter…mais avant, je veux un lavement et oui je suis certaine d’en avoir besoin…je veux pas avoir à faire ça une fois en haut, je veux laisser un max d’encombrement dans cette chambre ; Toilettes, et hop, je laisse un dernier souvenir à ma pote de chambre, qui a dû vraiment passer une sale nuit avec moi à côté…Mais je m’en tape….Je monte en salle de travail, je prends même les escaliers pour faire travailler mon col…Je m’arrête plusieurs fois pour respirer et demander à la SF de me tenir les bras. Schasch a récupéré mes affaires et il enfile sa blouse. Je croise des couples qui viennent d’arriver, mais je vois rien, que le couloir, les portes et enfin, ma porte à moi, mon équipe médicale qui est déjà là…La SF me laisse et me souhaite un bon accouchement. Je l’embrasse et le remercie pour sa gentillesse et ses soins… L’équipe péri arrive la première. Elles sont jeunes, mais elles sont efficaces, elles sont au TOP. Installation pour la péri, on m’explique bien tout, on rigole sur mes tatouages et c’est parti : Dos rond, nikel, je veux faciliter le boulot au médecin et il me dit que c’est parfait, ça m’encourage…Pose de la péri…c’est fait ? Quoi déjà ? Putain, j’adore le progrès, les avancées en médecines, merci les gars, vous avez bien bossé…Ca va faire effet dans 15 min…Je suis déjà mieux, psychologiquement…Et pour cause : à partir de ce moment, je n’ai eu plus AUCUNE douleur pour l’accouchement…Schasch vient me voir, il voit que je vais mieux, il est soulagé, moi aussi. L’équipe médicale vient se présenter, tout est sous contrôle tout est OK…C’est bon, je ne ressens plus de douleurs. J’ai ma petite pompe et c’est nikel…je pense fort à ma puce que j’entends via le monito…Elle est là bientôt…C’est maintenant, c’est là…Wow…


On décide de dormir un peu…Moi dans le lit et Schasch’ à même le sol…L’équipe passe et repasse, sans trop de bruit. On m’injecte un produit pour accélérer les contractions, c’est ok, tout va bien…Vers 6h du Mat, la jeune SF qui va m’accoucher vient m’ausculter…Je suis à un petit 5…Ca travaille mais ça va pas vite…Hop, un petit coup de pompe pour le moral, je n’ai pas envie que les douleurs reviennent. Je m’endors. Quand je sens que les douleurs se pointent, j’actionne ma petite pompe…Vers 8 heures du mat, second contrôle : « Wow, vous avez bien bossé, vous êtres à 10 »….YYEAAAAHHH c’est qui la mother rock n’ roll ? C’est qui ???...

La Sf me dit qu’elle laisse le bébé descendre bien toute seule. Vers 10h, on pourra s’installer…Je n’y crois pas, je pleure, je regarde Schasch, il a des larmes dans ses yeux…Je l’adore…je suis tellement heureuse…

Bébé descend tranquillou, on rigole avec Schasch pendant les 2 heures qui suivent et on essaye de se concentrer sur l’évènement à venir. Je pleure, je rigole, je me rendors…Je pouce sur mon petit piston de péri…c’est génial, y’a pas d’autres mots…Bon, j’y vais un peu fort sur le piston vers la fin, sachant que la délivrance est pour bientôt… Ce qui ne sert à rien sauf à endormir et engourdir mes jambes. Le médecin anesthésiste s’en rend compte et me dit d’y aller mollo…OK, il est 9heures, j’arrête de pistonner, je veux pouvoir pousser bien comme il faut et aider au max l’équipe médicale.
Le 16/02, 9h45, je sens que ça pousse vers le bas, j’ai envie de pousser….Contrôle…OK c’est now, let’s go Marco comme on dit sur France Inter…Tout le monde s’installe autour de moi. C’est ok, j’ai une confiance sans limite en l’équipe médicale, ils sont adorables et m’expliquent bien tout. On se met en place. Aller on y va, on pousse : les premières poussées, je veux les faire sur l’expi, pas en bloquant car il me semble que c’est plus facile…Que neni, c’est super hard de pousser comme ça, là où il faut. En tout cas pour moi c’est chaud. On décide donc de pousser en inspi bloquée…Lààà ça va mieux, c’est bien ça avance. On attend chaque contraction pour faire avancer la puce. Je suis en train de faire le sprint final de l’année. Je balance des « GO on y va » dès que je ressens une contraction. Schasch me tient le bras, il m’encourage avec ses mains, son regard, ses mots. La Sf et l’auxiliaire aussi. Elles sont géniales. J’avais demandé un accouchement dans le calme, je ne souhaitais pas que l’on m’encourage comme lors d’une course, mais pour le coup, là, c’est moi qui donnais le go et les arrghtttt…Mais l’équipe a bien respecté le fait que je voulais être dans le calme, pour reprendre mon souffle et me concentrer…Aller, je pousse encore, elle est bientôt là. Le cœur de la puce est ok, il ne bouge pas d’un cil, elle est cool et tranquille. J’ai le temps. Aller, encore deux poussées et c’est bon. Une…Deux…Je pousse à m’en faire péter les veines du visage (Schasch se moque un peu de moi). Enfin, je sens…là, c’est lààààà…. »Vous voulez toucher la tête ? » euh..ouaip…AAAHHH j’aurai pas dû c’est gluant et mou….hiiiiiiiiii, je rigole, je pleure, elle est là, j’y suis…Allez prochaine poussée et c’est bon pour la tête : je m’exécute…  «Arrêtez de pousser »…sensation de dingue en bas…et là re sensation de dingue, j’ai l’impression que l’on m’enlève une immense chaussette de l’intérieur…C’est incroyable, cette sensation est juste unique…J’ouvre les yeux, je veux voir, ma fille est là, elle est longue, fine, on la tourne vers moi, elle a les yeux noirs, elle semble vénère d’avoir été réveillée…Elle est belle, et poilue, elle est étrange, c’est mon Alien…On me la pose, j’entends les félicitations, je regarde Schasch, il pleure et moi aussi…On pleure, c’est fort, c’est dingue, c’est un gros gros kiff, une énorme montée d’adrénaline…Elle pleure, elle est là, elle est toute chaude et à une odeur que je n’ai jamais senti avant…Il paraît que c’était un super accouchement…Je n’ai eu qu’un point de suture et la puce va bien. Schasch’ coupe le cordon…Je suis heureuse….

Par la suite, ma puce a eu des problèmes de santé qui sont réglés maintenant, mais les premières semaines ont étés très stressantes. J’ai eu aussi un enooorme baby blues qui m’a fortement déstabilisé, ça a été très dur pour moi de redescendre de mon nuage. L’accouchement a été si intense, si bien encadré et si incroyable de facilité et de bonheur, que j’ai eu l’impression de tourner le dos à une expérience inouïe. La furtivité de ce moment est si profonde que cela a été un gros choc pour moi de redevenir…moi… 


Aujourd’hui ma puce va mieux et moi aussi, elle à 2 mois, elle nous enquiquine pour dormir, on en devient fous avec Schasch’…Mais elle est tellement belle, tellement joufflue…On en est dingue…

Désolée, ce récit est un peu long, mais il ne pouvait pas en être autrement. Le fait de l'avoir formulé et écrit m'a bien aidé pour sortir du baby blues. Je recommande à toutes les mamans de faire cette démarche... Je souhaite à toutes les futures mamans un accouchement aussi réussi que le mien. Ne perdez ni espoir ni courage sur la fin de votre grossesse...Vous allez vivre une expérience de dingue!!

Darky

Lifeisgood
50 pts

Commentaires

  • Morticia Future maman iséroise et metalleuse, j'ai beaucoup accroché avec ton récit. Il m'a fait rire et sourire et m'a également ému ! J'espère que mon accouchement sera aussi sympa ^^. J'espère aussi que vous allez tous bien depuis et je vous souhaite plein de bonnes choses pour la suite !
    il y a plus de 4 ans
  • ecrire un commentaire

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie