Naissance d'un petit prince ...

postée
\ Accouchement du 31 mai 2013
t Durée : 12 heures
Img_4244

Bonjour,

Je viens ici à mon tour pour vous raconter cette si belle journée où Malo est né.

 Ces quelques lignes sont pour toi mon fils. Laisse moi être ta mèmoire, demain tu sera la mienne, quand je serai vieille.

Tout a commencé le jeudi 30 mai 2013 dans la matinée ( 40 SA ). Je me suis reveillée avec de légères contractions, régulières ( toutes les 7 mn), mais pas trés intenses (juste un tiraillement comme des douleurs de règles tout à fait supportables). Ce jour là, ton papa avait une réunion importante dans l'apres-midi. Il fallait que l'on se decide vite pour qu'il annule ou non. J'étais trés embarrassée car j'avais déjà fait de nombreux faux travail au cours des 15 jours précédents. J'ai donc décidé d'aller prendre un bain pour être fixée. Les contractions se sont alors rapprochées toutes les 5 mn.         Génial je te verrai bientôt mon amour.

Vers 14h ton papa décidait d'annuler sa réunion et de rester à mes côtés. Il faut dire que nous avons suivis des cours d'haptonomie, et que l'accompagnement par le père au cours du travail est primordiale. Il ne voulait louper ces moments pour rien au monde.                                                                             Je sortais du bain, et commencait à faire toutes ces choses (affichées sur le frigo) que nous avait conseillé la sage femme. Te rassurer et t'entourer, faire des mouvements sur le ballon, manger, et surtout se detendre. Je suis toute exitée par l'idée que tu arrives. Nous t'avons tellement attendu et ces derniers jours ont semblaient être une eternité.

Puis, peu à peu, voilà que ces maudites contractions se sont espacées. Passant de 5 à 7 mn, puis  8, 9, ou 12 mn . Plus aucune régularité et presque pas de douleurs.

Vers 16 heure nous decidons d'aller faire une petite sieste, car ton père travaillait en nuit le soir même. Nous nous sommes endormis. Je me suis reveillée vers 18heures. Plus rien!  Aucun signe. Aucune douleur. Aucune contraction. Petit coquin !! Je suis dépitée. Je fond en larme. J'y avait tellement cru et j'en avait franchement marre de ces faux travails. Je voulait tellement te rencontrer Malo.

A 20h ton papa est parti travailler. Et moi, je suis restée sur le canapé, le moral à zéro.

Dans la soirée, les contractions reviennent progressivement. Pas tout à fait régulière, mais un peu plus intenses que celles du matin.

A 23heure je decide de me coucher car je suis épuisée. Et là, impossible de rester couchée. La douleur est vraiment vive. Il faut que je marche, ça me soulage. Je me relève, m'installe sur le ballon. Cela ne ne me soulage pas, au contraire, alors je marche dans le salon. Je fais le tour de la table basse, en respirant profondément. Je te parle. Je t'appelle.

Les heures passent, mais les contractions ne sont pas encore régulières et la douleur reste supportable ( ma sage femme m'avait conseillé de partir quand les contractions seraient toutes les 5mn pendant 2heures, et que la douleur serait insupportable tel un ouragan).

A 2heure, je me décide à appeler la maternité. Je leur explique que j'ai des contractions plus ou moins regulière ( de 5 à 7 minutes) depuis le matin même. Elle me dit de venir pour voir si le travail est en route ou au pire me soulager. J'appelle ton papa, qui quitte aussitot son poste et nous rejoins.

3 heure: valise, ballon et appareil photo sous le bras, nous voilà parti pour la maternité. En partant je regarde un dernière fois ton petit couffin où je t'ai tant de fois imaginé, et  me dis : " faut pas rever ma vieille, on va te renvoyer chez toi " ...

Arrivée aux urgences, une sage femme m'examine : Le col est court, mou, et ouvert à 1 petit doigt. Chouette. Elle nous dit d'aller marcher pendant 1h30 dans l'hopital.

De 3h30 à 5h nous voilà donc partis. On arpente les couloirs, vides, on monte des escaliers, on en descend d'autres. Je marche vite, à grands pas, celà me soulage. Les contractions s'intensifient et la fréquence augmente.Toutes les 3-4 minutes maintenant. Je vais au toilette, et perd le bouchon mucqueux. Faire pipi est douloureux.                                                                                                        Je ne m'arrete pas, je veux absolument que le col se modifie pour que l'on nous garde. Je cours même.  On rigole, on est heureux, malgrè la fatigue.

5 heure: retour en salle d'examen... Suspense : ouvert à 1 doigt et demi. On vous garde !!! OUUUUF ! La douleur est forte. Elle me propose de prendre un bain, et de placer le jet d'eau chaude sur le bas ventre ou sur les reins lors d'une contraction. C'est chose faite. Mais la chaleur est difficilement supportable, je transpire et la tête me tourne. Je decide de sortir. La douleur est encore plus forte.        Je m'installe en position de crapaud sur le lit. Ca me soulage. Trés vite la sage femme revient, et m'annonce qu'on me transfère en salle d'accouchement pour que je recoive la péridurale.

Deja ??? Je suis soulagée par cette nouvelle.

 

7 heure du matin : pose de la peridurale. Je suis instantanément soulagée. Plus rien, aucune douleur. C'est merveilleux, je revis. J'envoie quelques messages à ma famille proche pour leur annoncer que Malo est en chemin, et que ce sera un bébé du mois de mai.

8 heure du matin : Mon col ne bouge pas. La sage femme decide de me rompre la poche des eaux.

Et là, la douleur reprend. Trés forte, inssuportable. J'appuie sur la peridurale, mais rien. C'est de pire en pire. Les sages femme sont étonnées. Elles rappellent les anesthesistes qui mettent beaucoup de temps à venir. Je pleure, c'est vraiment trés difficile à gerer. Ton papa est là, heuresement. Il m'est d'un soutient extraordinaire. Je n'arrive pas à respirer comme je l'ai pourtant appris au cours de préparation.

Deux heures aprés ils dècident de m'en reposer une. Le jeune anesth me pique une fois, deux fois, trois fois .. Il n'y arrive pas et appelle une collègue à lui. Je desepère. J'ai tellement besoin d'être soulagée.  Elle y parvient ( elle n'a que ça pour elle, vraiment pas gentille ni aimable).  Et aussitôt me revoilà complètement soulagée. Miracle. Merci. Cette fois-ci elle sera éfficace jusqu'au bout. Heureusement car aprés plus de deux heures de souffrances, je ne suis dilatée qu'à trois cm. Il est 11 heure du matin.

A midi, nouvel examen. Et là, surprise, me voilà dilatée à 5 et demi. La detente et le laché prise sont efficace.

A 13h, dilatée a 10 ! Cheri est parti déjeuner, il revient en vitesse. C'est incroyable comme les choses s'enchainent. Les sages femmes me disent qu'elles me laissent deux heures, pour que tu descende de  toi même dans mon bassin. "Deux petites heures, et on commence à pousser". Je me detend et j'applique les technique d'haptonomie : ouverture du bassin, détente, et te parler, te dire que l'on t'attend et que l'on sera là, avec toi, pour t'accompagner.

A 15h15 elles reviennent. On s'installe. Pieds sur les etriés, petites revisions pratiques du " comment pousser" et c'est parti. Les larmes me montent aux yeux, soudain j'ai peur. Je ne m'étais pas preparée à cette partie du voyage. Est ce que ça fait mal? Comment on respire déjà ? On expire ou on bloque? Toutes ces interrogations couplées à l'apprèhension de te rencontrer, enfin.                                       Mais bon, pas le temps de réflechir, il faut y aller.

Elles me guident, et me disent quand il y a une contraction. Et oui, je ne sens plus rien moi. Ton papa  est là, tout prés de moi, il me soutient.

Première poussée : "on voit les cheveux ! vous voulez touché"?

Deuxième poussée : "il progresse : C'est génial ce que vous faite. Il est presque là". Je touche ta tête, chaude, humide. qu'elle motivation.

Troisième poussée : "Il est là, arretez de pousser ! Tendez les bras. Le voilà".

Oh mon tout petit amour... Je te sens glisser, je t'attrape et te porte jusque moi. Tu es tout chaud, tout humide. C'est un moment magique et indelébile. Le temps s'arrete. Tu es là.Nous devenons parents. Tu pousse un tout petit cri, et te blottis tout contre moi. Nu, fragile, tu viens d'écrire la page maîtresse de ton histoire.

8 minutes en tout et pour tout. Il est 15h31 quand tu quitte le cocon pour découvrir la lumière du monde. Un magnifique bébé de 3kg930 pour 51cm. ( et moi, j'ai juste une petite dechirure nécessitant 2 points)

Ton papa et moi nous regardons. On est heureux.On est amoureux. Et je le remercie pour sa présence, son soutient. Il m'a accompagné dans la douleur malgrè la fatigue ( et oui nous n'avons pas dormi depuis 26 heures).                                                                                                                                Toi, tu as dèjà les yeux grands ouvert sur le monde, sur ce (ceux) qui t'entoure, calme et paisible.

Tu es né porté par un torrent, un torrent d'amour et nous n'aurons pas assez de toute une vie pour nous emerveiller de toi. A toi Malo, mon fils d'amour... Je t'aime

Petit mot au futurs parents :

Malgrè la douleur, ce fut le plus jour de ma vie et je le revivrai encore et encore.. C'est un moment merveileux que de rencontrer son enfant et tout est trés vite oublié, vraiment. Félicitations à vous...

Pauline

Img_4573
50 pts

Commentaires

  • Coccinelle Très beau récit et très belle naissance. C'est très émouvant, surtout que c'est un souvenir très proche pour moi aussi (j'ai donné naissance à une petite fille le 20 mai 2013). Vous avez un magnifique bébé! Félicitation!
    il y a plus de 4 ans
  • pauline Merci et félicitations à vous aussi :)
    il y a plus de 4 ans
  • ecrire un commentaire

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie