Naissance de gabriel

postée
\ Accouchement du 06 août 2014
t Durée : 14 heures

Cela fait une semaine qu’on t’attend avec beaucoup d’impatience, tu étais prévu pour le 07/06/2013 ! A partir de ce jour-là, en avant pour les monitorings tous les deux jours, on me dit que tu es en pleine forme et que rien ne bouge, tu es bien dans mon ventre et  tu n’as pas l’intention d’en sortir tout de suite ! Avec ta Mamou, on décide de me faire bouger pour peut-être déclencher le travail mais rien n’y fait. On a beau marcher, faire les courses, le ménage, poncer la table de jardin, jardiner tu ne montres pas le bout de ton nez. Même mes amis attendent ta venue avec impatience, ils organisent d’ailleurs en ton honneur et pour me donner du courage (je suis tellement impatiente à l’idée de t’avoir dans mes bras) un barbecue ! La soirée se passe super bien et je  rigole beaucoup. Après le repas, j’ai une grosse contraction qui est suivie d’une deuxième une demi-heure plus tard. Je demande à ton papa de rentrer car je suis fatigué et j’ai mal (je pense a une fausse alerte). Arrivé à la maison, plus rien à signaler, je prends alors une douche et je monte me coucher.

Il est 2h30 quand je sens que quelque chose me dérange, une douleur ? Un pressentiment ? Je ne sais pas te dire ni expliquer mon sentiment mais j’ai du mal à fermer l’œil. A 3 H pile la première contraction arrive, elle est forte ! Je me lève et descend pour ne pas réveiller ton papa. 25 minutes plus tard j’ai de nouveau une contraction encore plus douloureuse. J’hésite, je ne sais pas si tu vas arriver aujourd’hui. Incapable de me rendormir, je regarde un épisode de « How I Met Your Mother ». Regarder une série m’a toujours beaucoup détendue. Pendant cet épisode les contractions se rapprochent toutes les 15 minutes et sont de plus en plus douloureuses. Maintenant, j’en suis certaine, c’est pour aujourd’hui, je le sais !

Lors du deuxième épisode, la douleur n’est plus supportable et je réveille ton père et Mamou (qui est là pour t’accueillir depuis 3 semaines ;)) avec mes cris ! Je tiens jusque 6 h du matin à la maison. Les contractions sont rapprochées toutes les deux minutes depuis une heure quand on décide de se rendre à l’hôpital pour vérifier l’avancée du travail et peut-être me poser la péridurale. Arrivée sur place, je rencontre une sage-femme. Elle m'examine et me dit que rien n'a bouger, je dois patienter dans une salle où je tente tant bien que mal de me détendre. Hélas les douleurs sont ingérables, je vomis plusieurs fois et j'ai du mal à contrôler ma douleur. Etre debout et faire des onomatopées m'aide à tenir le coup. Après deux heures, Toujours aucun centimètre de gagner, on me propose alors un bain de dilatation ? Je prends donc ce bain et tente à nouveau de me détendre, ton papa est toujours près de moi, il m'accompagne à chaque instant, il essaye de m'aider au mieux mais,  je ne l'entends pas, je suis dans ma bulle, je vis au rythme des contractions, le temps n'a plus de valeur pour moi, je te visualise pour tenir le coup, j'imagine ton visage, ton odeur, la première fois que je vais te toucher et surtout ton courage, ça ne doit pas être facile de ton côté non plus. Le bain accentue les douleurs et je décide de sortir. Je retourne dans ma chambre, les sages-femmes reviennent pour m'examiner, ça fait cinq heures que je suis là. Je vois à leurs regards, qu'elles espèrent aussi que le travail a commencé. A Vrai dire, je m'énerve un peu sur elle, je veux qu'on me pose la péridurale, je suis fatiguée et je ne gère pas du tout ! Le verdict arrive, 4 centimètres, ça y est, le travail est en bonne voie ! Tous nos efforts  n’ont pas servis à rien ! Je suis si heureuse ! On me pose la péridurale et je peux me reposer. Ton papa, ne tarde pas non plus à fermer les yeux, nous sommes bercés tous les deux par les battements de ton cœur dans le monitoring ! Le hic,  c’est que le travail ne progresse plus. On me perce alors les eaux et m’injecte un produit destiné à renforcer les contractions. Il faudra encore 6 h00 pour arriver au 10 cm tant attendu !

 

Ca y est, En route, c’est partit, dernière ligne droite avant de te découvrir, les 10 cm sont là. C’est le moment de pousser. On me propose de me mettre sur le côté gauche et de commencer à pousser seule mais je ne sens pas bien ce qu’il se passe dans mon corps, je décide donc de me coucher totalement dans le lit pour mieux sentir ce qu’il se passe en bas. Entouré par les sages-femmes et avec ton papa toujours présent à mes côtés, j’attends chaque contraction pour pousser de toutes mes forces afin de te donner la vie.  Elle me propose de sentir ta tête mais je suis trop concentré sur les forces qu’il me reste, donc je refuse et me remet directement à pousser. Après 45 minutes tu sors en douceur, elle te dépose dans mes bras. Tu es magnifique, je t’aime tellement fort ! Tu vas rester collé contre moi pendant deux heures et prendre ta première tétée comme un pro. Je t’aimais déjà dans mon ventre mais maintenant c’est l’apothéose, je suis ta maman et je t’aimerais jusqu’à la fin de ma vie. Ton papa n’a pas pu couper le cordon car les médecins on du aspirer tes sécrétions et faire vite. Il est lui aussi en extase devant ta petite bouille ! L’aventure à trois commence mon ange, mon Gabriel !

9826d4999b34fdfc714371c980bc3104
50 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie