La naissance d'un petit miracle !!!!

postée
\ Accouchement du 11 juin 2012
t Durée : 14 heures
  • 16 octobre 2010: Après 18 mois à attendre que dame nature se décide à enfin nous donnez la chance d'être parents, nous y sommes, à 18h, nous apprenons par un test de grossesse que nous allons être parents! 
  • 10 juin 2011, (38 semaines de grossesse): Après plusieurs semaines d' hospitalisations, à cause de menaces d'accouchement prématuré, puis risque de pré-eclampsie, on me laisse sortir de la matenité pour rentrer tranquillement chez moi, terminer ma grossesse en paix! J'ai, comme depuis le début, beaucoup de contraction assez génantes mais je me sent bien. Je fais le grand nettoyage chez moi et quand mon homme par pour sa nuit de boulot, je monte m'allonger.
  • 3h00 : Après quelques heures à regarder quelques vidéos d'accouchement, à lire quelques articles sur la maternité, ect, malgré mes contractions habituelles, j'essaie de m'endormir.
  • 4h15: je suis réveillé par une grosse contraction, loin d'être identique à celles d'avant, j'allume la lumière, je respire un peu et essaie de me rendormie, seulement là, c'est l' innondation.... Je perd les eaux... Je tremble, je comprend que, ça y, une journée unique nous attends. Je ne me pose pas vraiment de question et je fini par relativiser le maximum possible.
  • 4h40: le papa arrive de son boulot après mon coup de tel. Très zen, tout comme moi, nous partons en route pour la maternité, que j'ai appeler quelques minutes auparavant.
  • 5h00: on me pose un monito en salle de contrôle. Mon col est ouvert comme depuis plusieurs semaines, à 1,5 mais il est effacé. J'ai des contractions, mais largement surportable. C'est la position dans laquel je suis qui ne l'es pas. Quel supplice ces tables gyncologiques.
  • 9h00: après avoir passer 2 h à souffrir le martyr, à hurler de douleur, à vomir. On me met dans une chambre pour attendre que mon col bouge. Le gynécoloue, les sages femmes, et même des jeune mamans, se demande pourquoi je cries si fort. Je suis ouverte à 2,5 cm. On me donne de l'homéopathie pour faire bouger le col et me détendre. Je ne lache plus mon ballon qui me soulage énormément. Si je m'allonge, je vomit mais la position assise est fatiguante.Je ne contrôle rien du tout... J'ai honte !
  • 10h30: On me pose la péridurale. Ouf! Quel soulagemnet! J'ai l'impression de ne pas être courageuse à crier comme je le fesais, mais après tout, chacun sa manière de tout relacher ;)
  • 12h00: Je suis au téléphone avec ma maman: " euh, dit moi, est-ce qu'il est normale que je sente une envie énorme de poussé?", " non ma puce, il faudrais que tu appelle la sage femme, la péridurale ne fais plus effet" je décide d'attendre un peu, pour ne pas jouer ma casse pieds.
  • 13h00: ce n'est plus supportable, je souffre et je n'arrive plus à ne pas pousser. Je suis à 7cm, la sage femme me remet une dose de péridurale qui ne fera jamais effets. J'ai un oedeme qui empêche le col de souvrir normalment, il faut absolument que je cèsse de pousser. Elle me demande alors de faire la respiration du petit chien.
  • 15h00: Après deux doses d'eucytocine, je suis ouverte à 9 cm. La douleur est intense, on me demande de commencer à poussé, ce que je vais faire avec une force que je ne pensais pas avoir. Je me rend à l'évidence je n'aurais plus jamais la péridurale et je vais devoir accoucher sans.
  • 17h30: voila 2h30 que je pousse, 2 sages femmes, 2 puéricultrices et le gynécologue est là, mon col ne bougera plus, il reste à 9 cm, la force me manque, le coeur de bébé s'affaiblie, je ne suis plus moi même, le gynécologue décide de prendre les forcepts. Hors de question pour moi, j'y arriverais, mais ils ne toucherons pas à mon bébé avec des instruments froids et peut-être douloureux pour mon bébé. Plus personnes ne s'occupe de nous, ils s'occupent de préparer le matériel, on me dit d'arrêté de pousser mais mon homme me dit l'inverse... " Ma chérie, pousse comme toi tu le sent et pas comme elles te le disent, j'ai remarquer que tu y arriver mieux" J'écoute mon homme, je lui fais confiance, le gynécologue se retourne et me dit de continuer, bébé arrive... J'entend mon homme me dire "encore " poussées je te jure" et dépuisement, de colère, j'ai répondu " ARRETEZ DE ME DIRE QU'IL ARRIVE CA FAIT TROIS HEURES QUE JE POUSSE!"
  • 18h03: après avoir utiliser tout le restant de mes forces, après avoir crier que je ne voulais plus pousser, que j'abandonné, nous y sommes arrivé! Mon homme avait raison, en 3 poussées, et une épisiotomie ( monstrueusement douloureuse) bébé est sortie. Mon petit ange, LIAM, est là, sur moi, plus rien autour existe, même la douleur ne me fais plus peur et pourtant, la déchirure, l'épisio faites sans péri et les contractions qui ne cessent pas sont bel et bien présentent. " Mon bébé, tout va bien, maman est là, tu as été courageux mon amour, une belle histoire nous attends trésor" voila les premières paroles que j'ai dites à mon petit homme. Un petit bonheur de 3kg300 et 49 cm !!!! Né 3 semaines avant terme!

Un accouchement très difficile, loin de ce que j'avais imaginé, mais si c'était à refaire, je le referais encore et encore pour ressentir ce bonheur à l'état pur quand j'ai enfin pu prendre mon fils dans mes bras, après une journée de souffrance et de fatigue. La suite de l'accouchement n'a pas été de tout repos, quelques complications ont un peu gâchées ce moments de bonheur. J'étais sur d'une chose, bébé allais bien et peu importe la douleur, je serais à la hauteur.

Je ne peut que remercier le papa qui m'a été d'une aide monumentale pour cette épreuve difficile ( qui je précise avais bosser toute la nuit et n'avait pas dormi depuis ).

Merci de m'avoir lu et n'hésité pas à me faire part de vos impréssions..

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie

Les récits d'accouchement
des Ptits Mwana

Des récits d'accouchement écrits par les mamans pour les mamans

Écrire votre récit