Accouchement accroupie-suspendue

postée
\ Accouchement du 14 mai 2013
t Durée : 6 heures

Suite à ma première expérience (travail parfait mais délivrance à revoir) à 4 mois de grossess j'ai pris rendez vous à vec une Sage Femme de la mat pour savoir s'il était possible chez eux d'accoucher autrement que les quatre fers en l'air. Elle me parle de la position "accroupie suspendue" (un peu ce que j'avais en tête, il y a la gravite que diable!) mais je voulais être sure que c'était possible. Sinon je ne voulait pas y accoucher même si cela nécessitait d'aller à 30km de chez moi au lien de 5km.

Cette fois je n'ai pas fait d'excés et tout allait bien. Jusqu'à la troisième echo ou mon gynecho détecte un fléchissement des courbes. Rendez vous au service des grossesses pathologiques pour examens divers. pour au final me faire entendre dire: "on ne sait pas pourquoi il est petit, tout va bien. Dans le doute on vous met sous surveillance" Je suis hospitalisé à domicile (HAD) : 3 fois par semaine une SF venait à la maison pour monito. 1 fois par semaine rendez vous à la mat pour écho et rdv medecin.

A 38 semaine le doc décide d'accélérer les choses : il me décolle la poche des eaux et me fait entrer dans le service le soir même pour déclencher le matin suivant.

En discutant avec les SF une m'a dit que le corps d'imposait ce qu'il peut suporter.

Il est fait pour supporter les contractions normales mais pas pour celles qui font suitent à un déclenchement. Mon but le soir, dans le service est de tout faire pour accoucher avant le déclenchement. Je marche encore et toujours. A la SF je confie mon envie d'accoucher en accroupie suspendue.

Une fois que les contractions sont en route, je suis descendue dans la salle de travail + naissance. Une grande pièce (assez pour le travail) ou trône la table d'accouchement toute neuve. je vais être la première à l'utiliser dans cette configuration (la doc fournie est utile). Entre deux contractions on regles les sangles qui me permettront d'être suspendue pour pousser et me reposer quand je le peux.

Je reprends la même position pour le travail que pour mon premier: assise sur un ballon, les coudes posés sur chaise + coussin d'allaitement. J'ai mis le papa à contribution : à chaque contraction il devait me masser aussi fort qu'il pouvait le bas du dos (le principe de dévier la douleur par des points de pressions -emission des maternelle qui m'avait interpelée-).

Les contractions sont plus douloureuses...

Quand vient le moment de pousser je m'installe donc, suspendue, la SF accroupie devant moi (mois confortable pour elle lol). Il y avait du monde à la porte pour l'utilisation de la table. Même si la délivrance a été plus douloureuse, elle a été bien plus rapide : en deux poussées mon bébé était là!

Le papa le compare à l'arrivée d'un ballon de rugby dans les bras de la SF.

Et une petite déchirure qui ne m'a jamais dérangée.

J'ai eu l'impression que mon bassin qui s'est ouvert tres rapidement. Dans les 2-3 jours qui ont suivis j'avais du mal à me mettre sur le coté.

Je recommande vraiemet cette position. 

 

En apparté : Pendant tous les rendez vous durant la HAD personne ne nous a préparé à la possibilité que mon bébé aille en service de néonat s'il était trop petit.

 

 

 

 

 

 

4b1fe92518a4c8d98829a6bcb7ff5273
100 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie

Les récits d'accouchement
des Ptits Mwana

Des récits d'accouchement écrits par les mamans pour les mamans

Écrire votre récit