Merveilleuse naissance de gaspard, siège sans péridurale.

postée
\ Accouchement du 09 juin 2014
t Durée : 10 heures

Bonjour à toutes,

Je voulais témoigner de mon accouchement car durant ma grossesse j'ai pu soulager de nombreuses angoisses grâces aux votre et j'espère que cet accouchement sera là pour vous rassurer aussi les futures mamans.

Voici le contexte de mon accouchement.

J'ai des contractions depuis le 7 mois, j'ai d'ailleurs était hospitalisé car mon col est ouvert de 1 cm. Cette expérience a été pour B ( mon compagnon) et moi une grande épreuve. Je redoutais le monito et surtout d'accoucher préma. Les SF m'ont mis la pression car je suis jeune, j'ai 19 ans et c'est bien sur mon 1er bébé, je leur fait part de mes motivations pour accoucher naturellement et je leur explique que si mon col est dilaté c'est entièrement ma faute j'ai fait beaucoup de marche et d'effort ces derniers temps, je sais que je suis trop impatiente. J'habite à 3 minutes de l'Hôpital, je veux rentrer chez moi mais elles n'ont pas confiances car le cœur du petit a fait une petite chute lors de mes contractions. Un coup elles me disent que c'est grave, un autre que c'est rien... je suis perdue. Une chose est sure c'est que je ne veux pas rester à l'hôpital, ma voisine de chambre souffre horriblement et je n'arrive pas à me reposer surtout qu'on me réveille à 7h30 le matin. Heureusement B ne travaille pas il m'amène à manger.  Mon bébé est un petit garçon, le problème c'est qu'il est toujours en siège. Malgré la pratique du yoga et de l'acuponcture avec B, il ne veut pas se retourner. Tout le monde me dit qu'il va falloir envisager une césarienne, je rencontre l'anesthésiste. Le stress commence à monter et je demande à sortir, j'insiste, je me prend la tête avec une SF qui me dit que je suis irresponsable. Je m'en fou j'écoute mon cœur, 3 heures de monito tous les jours c'est trop. Je sors avec une décharge et un regard noir, je sais que maintenant je suis grillée dans toute la mater. J'ai une surveillance toutes les semaines avec une SF formidable. Je rencontre la médecin qui est spécialiste des bébés par le siège, elle me propose de le retourner manuellement mais je refuse car mon utérus et contractile et surtout j'en ai marre des échos et des monitos. Je veux finir ma grossesse en forme et sereine. Je passe donc une radio du bassin, qui est positive pour un accouchement naturel. Seulement il y a deux générations de médecin ceux qui sont pour le siège naturellement et ceux qui sont contre et donc césarienne. Je pense qu'ils veulent juste ne pas se mouiller au cas où il y ai un pb. Mon accouchement sera donc l'affaire du hasard, quel médecin sera de garde ce jour là......

Nous sommes dimanche 08 juin, je viens de me lever il est midi, je suis à 38 semaines et oui mon bébé se porte bien, il est toujours en siège et je suis en pleine forme. La nuit a été difficile, pas beaucoup de sommeil, je me suis réveillée toutes les heures. J'ai eu des contractions mais c'est la routines rien ne m'inquiète. je regarde mon ventre, je chuchote "vivement que tu sortes toi...". Je passe la journée à me reposer j'ai des contractions. Puis une envie de tisanes bien fraîche me prend je me prépare un litre de tisane de framboisier et de mélisse... ça remplace le thé et détend mon utérus, apaise mes brulures d'estomac et me rafraichi ( il fait 30 degrés dans l'appart mal isolé). Je sirote ma tisane toute la journée puis vers 18h des douleurs dans mon ventre apparaissent je dis à B, c'est marrant j'ai l'impression que je vais avoir mes règles ( je suis toujours pas inquiète mdr). Ensuite je vais aux toilettes, en ce moment c'est le lieu où je passe le plus de temps vu la lenteur de mon transit. Et là surprise du sang, je retourne voir B et lui dis " ça doit être le bouchon muqueux, c'est pour cette semaine je pense". (En y repensant ça me fait bien rigoler). Je commence tout de même par sentir des contractions qui deviennent douloureuses et rapprochées, oulala je demande à B de marquer l'heure à chaque fois que ça me prend. On se rend conte que effectivement le travail est enclenché 1 contraction toutes les 20minutes puis une toutes les 15minutes. Je déambule dans l'appart, je raconte des trucs incongrus, je rit aux éclats puis je passe du temps aux toilettes car j'ai de plus en plus de sang, ça m'inquiète un peu mais je me dis garde ton calme car plus tard tu iras à l'hôpital plus tu auras de chance d'accoucher naturellement. B me masse les pieds et me chauffe avec un bâton d'armoise les points d'acuponcture qui détendent le petit et moi. J'écoute des musiques indiennes. Je monte et descend les escaliers. La douleur commence à m'envahir, surtout au niveau des reins, cette douleur qui est unique, je rentre en transe. Je prend des douches à répétitions et chauffe mes reins. Je commence à me dire qu'est ce que j'aimerais accoucher simplement ici dans ma douche en face de mon miroir mais vu ta position petit cœur c'est trop risqué, je médite, je chante des sons étranges sortent de ma bouche, je lui parle, je passe du sourire à la grimace. Je sens que ça s'ouvre à l'intérieur de moi. Je regarde l'heure il est 1 heure du matin wahou, le temps passe vite!

B est entrain de commander des moustiquaires sur internet, il en a marre des mouches et des stiques et pour l'arrivée du petit ça lui semble indispensable. Je commence à avoir faim, je prépare le sac pour la mater entre chaque contraction. B me prépare une délicieuse polenta, j'en ai jamais mangé une aussi bonne que ce soir là. B commence à être inquiet il me dit " aller on y va tu sais qu'on a quand même de la marche pour aller jusqu'à l'hôpital, j'ai pas envie d'appeler les pompiers". J'attend encore, puis vient la contraction qui me décide à partir elle me fait ramper à terre. Bon aller c'est partie je fais une prière à la l'univers avant de partir " faite que tout se passe pour le mieux".

Dans la rue il y a des jeunes qui sont ivres, je suis détendue, quand viens une contraction je m'accroupie. Arrivée à l'hôpital j'ai lâché tout mon stress, avec la douleur et la fatigue je suis dans un état second. Il est 2 heures. On me dit y a déjà plusieurs femmes au boulot. ça me rassure, ils vont être occupés et je vais encore gagner du temps, la césarienne me fait si peur. On me fait attendre dans une petite pièce où il fait très très chaud, je ne tiens plus. je retourne dans le hall. Puis on m'appelle, je rentre dans cette fameuse pièce qui me hante depuis des mois. La SF arrive elle m'examine je suis à plus de 6cm. Youpi! Je lui annonce que le petit est en siège mais que j'ai fait une radio et quelle est positive pour VB. C'est vu avec Madame B. La SF me dit vous allez pouvoir lui parler elle est là! YES!  ça m'a fait la même sensation que si j'avais gagner le 1er prix à une tombola. Elle arrive dans la pièce, elle est là je me sens ravie, j'ai du mal à lui exprimer ma joie avec les contractions. Puis c'est le flou comme un trou noir, je sais que l'anesthésiste est passé que la péridurale semblait inévitable vu les risques de césarienne. B est auprès de moi, il me masse, me rassure, maintient la position pas de péridurale ou alors au dernier moment, j'évoque vite fait la rachi. On nous laisse tranquille, puis on me réexamine je suis à 8. Après je ne sais plus très bien ce qui se passe, je crie, on rentre, on sort. J'ai du mal à garder mon calme quand il y a du monde autour de moi, seule avec B mes contractions passent toutes seules.

J'ai le monito et la perf de branchés depuis mon arrivée, j'emmêle tous les files à chaque contraction, ça me fait rire car je fais comme si ils n'existaient pas. La SF vient avec l'Echo, ça à l'air bon pour VB. Puis une contraction arrive pas comme les autres je me retourne à quatre pattes voilement et paf explosion à l'intérieur, un liquide chaud coule entre mes jambes, ça y est la poche des eaux est rompue. Madame B arrive elle m'annonce comment va se passer la poussée, sur le dos les pattes en l'air. Vu comment je gesticule à chaque C, est ce que je vais réussir à tenir cette position. A part les C je suis calme et commence à être épuisée. J'ai envie de dormir même. B affirme qu'il est prêt à me maintenir si il faut. Pour la poussée elle m'explique que c'est en deux temps, d'abord les fesses puis la tête. Une fois les fesses passées il faut tout donner pour sortir la tête car il ne faut surtout pas quelle reste coincée. Je ne laisse pas le stress monter, je le sais de toute façon qu'il y a un risque, mais j'ai confiance en la vie, en mon corps de femme, en mon bébé. Je l'ai laissé dans cette position, je ne voulais pas qu'on l'oblige à se tourner, je l'aime déjà tellement, j'ai hâte de le voir et pour ça je suis prête à tout. 

B n'en finit pas de me masser, ça fait des heures, je vois son visage on dirait que c'est lui qui va accoucher. Je l'aime, l'harmonie est là entre nous, on se comprend, on est prêt à l'accueillir notre fils. La SF vient elle m'examine je suis à dilatation complète reste plus qu'un petit bourlet, encore un grand sourire sur les lèvres! Mes C sont devenues tellement violentes que j'ai envie de pousser, ça me prend de l'entre jambe jusqu'au au sommet du crâne par des frissons tout le long de la colonne vertébrale. L'équipe se prépare, la médecin vient me voir cette fois-ci en blouse, je lui dit que je contrôle, je me suis mise sur le dos pour m'habituer à la position. Elle me rassure vous allez le sortir en 5 minutes!:) Par précaution elle me fait injecter un peu d'ocytocine pour être sure que les contractions soient efficaces. J'accepte, c'est déjà beau d'en être là, un peu d'hormone c'est rien.

Une dame vient préparer les affaires du petit oulala j'ai des frissons mon cœur palpite, je suis si impatiente de le voir, de le toucher. Puis on enlève le dessous de la table, toute l'équipe entre pour assister à cet accouchement par siège sans péridurale. Elles sont 6 ou 7 femmes en tout à être dans la pièce. Je regarde la fenêtre dehors le jour va arriver il est 4h et quelque, je devine les oiseaux qui doivent chanter pour appeler le soleil.  Elles rapprochent la lampe et c'est partie mes contractions me font pousser. je sors des cris du fond de mes entrailles, j'ai jamais crié comme ça. Il faut que je respire comme au yoga, je vide mes poumons en poussant sur la contractions c'est plus efficaces que de crier. Je sens que le petit est entrain de passer je sens tout mon bassin s'ouvrir. je touche entre mes jambe c'est mou, ça m'inquiète, je demande, c'est normal ce sont ces petites bourses. Je regarde le visage de la médecin, aller aller un effort et hop les fesses sont passées. Je suis vidée ça fait déjà 20 minutes que je pousse. Toute la confiance que cette femme m'a accordée se joue maintenant . La tête est encore à l'intérieur ils ne peuvent plus rien faire. Ils attrapent juste les bras. Je le sens ça tire, elles manipulent, je vois les fesses et les jambes du petit sur  mon ventre, on m'annonce que je vais avoir une épisio puis la médecin affirme " ça passe". Et à cet instant alors que je ne me sens plus capable de rien, une énergie s'empare de moi et je la redonne tout de suite en poussant et vidant mes poumons,  magie de la vie la tête sort.

Il est 4h40 du matin Gaspard est née....

 

Ps: C'était long mais ça m'a soulagée! je remercie toute l'équipe médicale de m'avoir fait confiance et surtout d'avoir eu foi en la vie, merci aussi à mon compagnon qui je le sais sans lui cet accouchement n'aurait pas pu être aussi merveilleux!

18242f06db2b76d51bb02e8e91140db6
50 pts

Commentaires

  • Kelly J'ai accouchée par siège moi aussi, j'ai hurlée, criée, on me demandait de ne pas faire de bruit, j'ai refusée la péridurale, ça . Je crois avoir été au bout de la souffrance pour mettre au monde notre premier enfant. J'avais presque 17 ans, mon mari 29. Il souffrait de me savoir si mal, mais ce bébé était un cadeau d'amour que je lui faisais. Mon bébé était un peu gros pour ma taille fine, mais je le suis
    il y a plus de 4 ans
  • Kelly Battue pour que ma princesse arrive le mieux possible dans notre monde, et surtout pour ne pas subir de péridurale à mon âge, c'était impératif. Notre princesse est arrivée aussi au petit matin, votre beau témoignage me rappelle tant l'arrivé d'Eva que c'était presque comme pour nous. Longue vie à Gaspard, et à votre couple, qu' il vive dans la douceur et le bonheur d'une famille si aimante.
    il y a plus de 4 ans
  • ecrire un commentaire

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie