Mon 2e accouchement rêve

postée
\ Accouchement du 06 janvier 2016
t Durée : 5 heures et 5 minutes
Img_8888
Voici le récit de l'accouchement de ma belle petite fille Mia, 15 mois et 5 jours après son grand frère Noah. Mon garçon avait 5 mois quand son papa et moi avons décidé d'avoir notre 2e enfant. Après 6 mois d'essais pour notre 1er, nous pensions que ce serait sensiblement le même délai pour que je retombe enceinte. Mais surprise, 6 mois après mon 1er accouchement, j'ai eu mon retour de couche puis je suis immédiatement retombée enceinte. Dès 6 semaines de grossesse, et ce jusqu'à 15 semaines, j'ai eu énormément de nausées, à peine soulagées par 6 comprimés de Diclectin par jour + 3 de Gravol gingembre + 2 de Zantac. Puis les nausées ont beaucoup diminué, mais sans jamais cesser. J'étais soulagée par 1 comprimé de Diclectin par jour + 2 Zantac, que j'ai pris jusqu'à la fin de la grossesse. Dès 17 semaines de grossesse, j'ai commencé à ressentir quelques fausses contractions par jour. Ayant été mise au repos complet à ma 1ère grossesse, et ce durant 1 mois, puisque des fausses contractions quotidiennes et très fréquentes avaient eu pour effet mon col s'était dilaté et effacé dangereusement à 29 semaines de grossesse, je redoutais la même chose à ma seconde grossesse, d'autant plus que j'avais mon garçon à m'occuper! Mais les contractions n'étaient de prime abord pas très fréquentes, donc j'ai pu poursuivre mes activités normales à ce moment. Graduellement, les contractions sont devenues de plus en plus fréquentes quotidiennement, jusqu'à atteindre au fil des semaines 80 par jour! Dès 22 semaines de grossesse, j'ai donc dû cesser tout exercice et toute relation avec mon conjoint pour éviter de faire trop travailler mon col. Au moins, je n'ai pas été mise au repos complet de toute ma grossesse. Il fallait juste que j'évite les efforts car mes contractions augmentaient à l'effort. Malgré les contractions fréquentes, mon col restait long et fermé, mais à 32 semaines de grossesse, il était aminci et raccourci, mais pas à un niveau inquiétant. À 34 semaines de grossesse, mon col était dilaté à 1 cm et effacé à 50 %. À 37 semaines de grossesse, il était dilaté à 2 cm et effacé à 80 %. Puis à 38 semaines et 4 jours de grossesse, il était dilaté à 3,5 cm et effacé à 90 %! La médecin m'a donc proposé un décollement des membranes, vu que j'avais atteint le terme et pour faire avancer un peu les choses, ce que j'ai accepté. Elle m'a mise en garde de me ruer à l'hôpital quand le vrai travail commencera vu l'état de mon col et le fait que mon 1er accouchement était rapide (5 heures pour que mon col soit dilaté à 10 cm + 1h30 de poussée). Le soir même, vers 17h00, mes contractions nombreuses et habituelles ont commencé pour la 1ère fois à être douloureuses. La douleur était très gérable, à tel point que je me demandais si c'était du vrai travail ou non. Elles étaient fréquentes environ aux 5 min. J'hésitais encore à déclarer que l'accouchement était imminent, vu que j'ai eu depuis tellement de semaines des contractions très fréquentes sans que ce soit du vrai travail. Mais plus l'heure avançait, plus les contractions me faisaient mal et se rapprochaient. Mon conjoint a tout de suite été sur le qui-vive et commencé à réunir les valises. Moi j'hésitais encore à me préparer, j'avais peur d'appeler ma mère pour rien et lui demander de venir chez nous garder notre garçon pour rien (sachant qu'elle habitait à 30 min d'auto de chez nous). Suite à l'insistance de mon conjoint, j'ai fini par l'appeler et lui demander de se tenir prête à partir. Vers 19h00, j'ai commencé à être vraiment souffrante et les contractions se rapprochaient environ aux 3-4 min. J'ai donc appelé ma mère pour qu'elle vienne chez nous. Très vite, la douleur est devenue difficile à gérer, j'étais pliée en 2. J'ai eu de nombreuses fois la diarrhée tout d'un coup, je me suis vidée. Quand ma mère est arrivée à 20h10, il était temps qu'on parte à l'hôpital! Une chance que mon conjoint m'a pressée de partir. Nous sommes immédiatement partis alors que ma mère franchissait à peine la porte. J'ai eu une immense contraction dans l'auto, puis je me suis dépêchée une fois arrivée, entre 2 contractions, de me ruer vers l'ascenseur. Les contractions étaient aux 1-2 min. Une autre contraction dans l'ascenseur m'a littéralement pliée en 2. Nous sommes arrivés sur l'étage de maternité à 20h25. On m'a examinée pour voir si c'était du vrai travail, et le personnel a conclu très rapidement que oui! Je me suis mise à trembler de tous mes membres. À 20h50, mon col était dilaté à 7 cm déjà. On m'a transférée dans une salle d'accouchement (en fait, j'ai pratiquement couru jusque là entre 2 contractions). J'ai eu besoin d'aide pour revêtir une jaquette d'hôpital à ma demande car j'avais peur de perdre les eaux et salir mon linge. À 21h28, la médecin est arrivée et a constaté que mon col était dilaté à 8 cm. Elle m'a proposé de rompre la poche des eaux pour que le travail soit plus court et plus efficace encore. J'ai accepté. Elle a eu de la difficulté puisque la membrane était très rigide paraît-il. Une fois la poche crevée, le coeur de ma petite s'est soudainement mis à décélérer dangereusement. La médecin a dû insérer sa main jusqu'à mon col pour stimuler la tête du bébé. Sa fréquence cardiaque s'est tout de suite stabilisée. J'ai eu très mal durant l'intervention. D'ailleurs, je souffrais carrément le martyre à chaque contraction. Je n'avais pas ou presque pas de pauses entre chacune à ce stade et j'avais l'impression qu'elles duraient très longtemps. Une chance que mon conjoint me massait le dos fermement et que l'infirmière me faisait des points de pression aux mains durant les contractions, car ça me soulageait un peu. À 21h33, 4 min après avoir crevé la poche des eaux, mon col était déjà dilaté à 9 cm. Je n'ai pas demandé l'épidurale car je savais que je ne la voulais pas. Je ne l'avais pas eue à mon 1er et j'étais très fière de moi, alors je voulais répéter l'expérience, d'autant plus que peu après l'accouchement, je pouvais circuler comme bon me semblait et aller prendre ma douche. Je ne voulais pas du tout être contrainte à rester couchée au lit jusqu'à ce que l'épidurale ne fasse plus effet. Malgré tout, dès que mon col a atteint environ 8 cm de dilatation, je me suis sentie extrêmement démunie, dépassée par la douleur et angoissée de savoir comment je ferais pour endurer encore les contractions. Mais j'ai continué de les endurer les unes après les autres en gémissant et en me tordant de douleur. À 21h55, j'ai mentionné à l'infirmière que je commençais tranquillement à ressentir l'envie de pousser. Mon col était dilaté à 9,5 cm. Il restait donc un peu de col, donc on me conseilla de ne pas pousser. Puis 5 min après, à 22h00, l'envie de poussée était incontrôlable et je poussais avec force malgré moi. Une chance, mon col était enfin dilaté à 10 cm. Donc on m'encouragea à pousser. J'avais très peur de pousser durant 1h30 comme à mon 1er accouchement. Mais j'ai poussé durant 1 contraction, et la tête a émergé partiellement. Je me suis mise à gémir fortement jusqu'à la contraction suivante puisque mon périnée était très étiré et que je souffrais atrocement. Une chance que la contraction suivante est arrivée rapidement. J'ai poussé une fois, puis la tête est complètement sortie, puis une autre fois et le reste du corps a suivi! 6 min de poussée en tout! Quelle joie! Ma petite a immédiatement pleuré et elle allait très bien! Elle pesait 6 lbs 8 oz, mesurait 50 cm et son périmètre crânien était de 33,4 cm! Une superbe cocotte très chevelue. Je n'ai eu aucune déchirure au périnée, mais quelques éraflures + une déchirure sur la vulve, qui a nécessité des points de suture. Mon placenta est sorti peu après, suite à une seule poussée. Il était complet, mais des caillots de sang ont suivi, alors la médecin a dû insérer sa main dans mon utérus et en faire le tour pour voir s'il n'y en avait pas d'autre. Effectivement non. J'ai eu droit à une injection intramusculaire d'ocytocyne pour faire contracter mon utérus (puisque je n'avais pas de soluté) et plusieurs massages utérins, en plus des points de suture, et ce durant 30 min suite à mon accouchement. J'ai donc continué à souffrir durant ces 30 min, puis mon martyre a enfin pris fin! J'ai passé 2 heures en peau à peau avec ma belle poupoune en compagnie de son papa, un beau moment en famille! J'en ai profité pour appeler ma mère pour lui annoncer que ma petite Mia était née! Elle n'en revenait pas de la rapidité de l'accouchement, elle qui m'avait vue juste 2 heures avant! En résumé, j'ai eu un accouchement de rêve, très rapide, et ma fille est en bonne santé, je n'aurais pas pu rêver d'un meilleur accouchement! Je suis extrêmement comblée d'avoir 2 beaux enfants en santé, le couple en prime (garçon et fille)! À 28 ans, je me sens très privilégiée d'avoir une aussi belle famille, 2 beaux enfants, et leur papa qui est extraordinaire et avec qui je suis très heureuse. Je vous souhaite à toutes un bel accouchement et une vie de famille pleine de bonheur!

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie

Les récits d'accouchement
des Ptits Mwana

Des récits d'accouchement écrits par les mamans pour les mamans

Écrire votre récit