Sans péridurale : au top !

postée
\ Accouchement du 17 février 2016
t Durée : 8 heures et 15 minutes

04h45 : Quelques jours avant le terme, je me réveille avec une sensation d'être mouillé au lit. J'hésitais, est-ce que c'était du liquide amniotique ? Je me rends aux toilettes et là de l'eau chaude coule doucement le long de ma jambe, sans odeur ni couleur. Je crois maintenant fortement que c'est le jour J. Je prends une douche rapide et prépare ma valise tranquillement (derniers ajouts). A ce moment-là, j'ai seulement de légères douleurs ligamentaires. Je me dis que j’aurais préféré me réveiller avec des contractions afin de réaliser tout le travail à la maison mais par la suite je n’ai rien regretté de mon accouchement !

06h20 : Première petite contraction : rien de méchant je suis souriante et enthousiaste à l’idée d’accoucher aujourd’hui.

06h50 : Départ à la maternité (qui se situe à moins de 5 mn de la maison) d’où ma prise de temps pour m’y rendre d’ailleurs.

07h00 : Arrivée à la maternité. On attend un peu et on nous prend rapidement en charge dans une salle d’examen à proximité des salles d’accouchement. Et là presque 2 heures de monitoring. J’étais ouverte à 2 doigts durant ce moment. Les contractions montaient à 50 puis 60, 70 et même 80 mais je ne sentais pas grand-chose, c’était très gérable. Mon calme et ma patience a même surpris la sage-femme. Elle m’a même dit à ce stade certaines femmes n’en peuvent déjà plus et ont très mal.

09h00 : Examen du toucher vaginal : ouverte à 3, on m’installe en chambre. Je prends un léger petit déj : un peu de pain et du fromage. Ma belle-mère passe nous voir. J’ai mal par moment, et par moment les douleurs s’arrêtent nettes. Jusqu’à 11h30 les contractions sont de plus en plus douloureuses mais gérables. Je faisais du ballon, des sortes de cercles, m’arrêtais pendant les contractions. Je marchais sans cesse dans ma chambre, être debout m’aller parfaitement. Parfois j’essayais de me coucher mais je me relevais aussitôt car ce n'était pas agréable.

12h00 : Plateau repas déposé : je mange un peu de pain et quelques  pommes de terre. Très peu car je souffre, j’abandonne malgré ma faim car j’ai peur de vomir, j’étais légèrement nauséeuse.

12h30 : une bonne demi-heure de contractions, je me tordais dans tous les sens, me mettais debout, serrer fort la main de mon conjoint.

Peu avant 13h00, je souffre en silence, n’hurle pas mais gémis en sortant des sons plus fort, supplie mon conjoint d’appeler quelqu’un. Je voulais pleurer de douleurs mais je ne l’ai pas fait en me disant que cela ne servirait de toute façon à rien. Je ne voulais pas perdre le contrôle. Elles arrivent rapidement. A ce moment j’essaye de pousser pour me soulager. Sans succès. Instinctivement, je réessaye et sens quelque chose : la tête du bébé ! Là, j’ai une envie de pousser. Elle m’examine. Moi, j’ai peur du verdict, je pense être ouverte à 6 environ et me demande comment je vais tenir. Et là, elle m’annonce une dilatation complète ! Choquée et soulagée à la fois, tellement contente d’en être arrivée là sans péridurale (mon souhait de départ le plus cher). J’aurais pu néanmoins à ce stade attendre encore une demi-heure de plus dans cet état, sans pouvoir néanmoins dépasser une heure de plus car j’aurais fini par demander la péri.

 

13h00 : Direction salle d’accouchement, située sur le même étage. Je change de lit toute seule, tant bien que mal, poussée par la motivation d’accoucher. Personne ne me dit rien, mais je pousse encore une fois à ce moment-là pour contrer la douleur. Je demande aux sages-femmes de m’aider, de me dire quoi faire. J’ai improvisé moi-même, personne ne parlait. A chaque contraction, je poussais. Je gémissais un peu (des bruits aigus). 3 poussées, 7 mn. J’ai senti la tête passer. Le plus important du travail a été fait. La sage-femme tourne sa tête, sort les épaules, coupe le cordon qui s’est enroulé autour du bébé et le pose sur moi. Quel moment magique ! Mes larmes coulent toutes seules. 15 mn après le placenta sort. Il ne s’est pas décollé tout de suite mais qu’importe j’étais tranquillement avec mon bébé posé sur moi. De nouveau 15 mn après vers 14h00 première tétée. Elle n’a pas tété tout de suite Je n’avais pas compris le mécanisme mais grâce au coup de pouce de la sage-femme on a réussi à la mettre au sein.

 

En résumé, pas de péri, aucune déchirure, pas d’épisio, allaitement parfait même par la suite : MAGNIFIQUE. Pour la douleur, je dirais 8/10 en intensité. J'encourage tout le monde à accoucher sans péri, et merci infiniment à tous ces récits d'accouchement lu pendant la grossesse qui ont été ma principale source de motivation...

8ffe1cd717f05ce5dfb0a66c8e226b80
50 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie

Les récits d'accouchement
des Ptits Mwana

Des récits d'accouchement écrits par les mamans pour les mamans

Écrire votre récit