Un deuxième accouchement express

postée
\ Accouchement du 27 janvier 2015
t Durée : 4 heures

J'appréhendais tellement ce deuxième accouchement.

Pour mon premier, les médecins ont pris la décision de déclencher l'accouchement. Le rythme cardiaque de mon fils ralentissait, ils ne voulaient prendre aucun risque. Les contractions ont été très douloureuses même si le travail a été rapide (déclenché à midi, accouchement à 23h). Même avec la péridurale, la douleur était très présente, je faisais de la fièvre et j'étais vraiment dans un état second. J'ai eu l'impression que personne ne s'occupait de moi et de ma douleur. Les sages femmes rentraient et sortaient de la salle sans dire un mot. Je me souviens de la sage femme qui me criait de pousser et qu'il fallait que je m'énerve pour faire sortir bébé. On m'a menacé de faire une césarienne si je ne le sortais pas tout de suite...Elles ont fini par appeler le médecin de garde pour faire sortir le bébé avec la ventouse. Autant vous dire tout de suite que pousser avec 5 ou 6 personnes qui vous regardent entre les jambes n'est pas le meilleur souvenir de ma vie. Et là, miracle, mon fils est né et on essaie d'oublier ce premier accouchement!

Pour ce second accouchement, j'étais hanté par le premier.

Première différence, le travail se déclenche spontanément à 10h. Tant que je ne pleure pas de douleur, je reste à la maison. Je n'ai pas envie de passer des heures à l'hôpital. A 11h, j'appelle le papa et lui demande de revenir à la maison et de laisser mon fils chez ma maman. J'ai besoin de lui pour ne pas paniquer et gérer la douleur. Il arrive à 12h. Les contractions sont présentes toutes les 2 minutes. Ca fait mal, mais ça va! Le papa me dit que les contractions sont trop rapprochés et qu'il faut se rendre à l'hôpital. Il a peur que j'accouche à la maison. Je n'ai pas envie mais j'accepte.

A 12h30, on se présente dans le service. Je patiente avant qu'une sage femme vienne m'examiner et me dire où en est le travail. Je m'allonge et j'attends sagement. Au bout de 10 minutes, je supplie le papa d'aller chercher quelqu'un...ça pousse!

A 12h45, le col est ouvert à 7! On m'installe directement en salle d'accouchement et là, on me dit qu'on va essayer de poser la péridurale mais qu'il faut attendre 15 minutes le temps de faire un monito. Et bien sur, à 13h, le col est ouvert à 9. Je revois encore la sage femme et l'anesthésiste m'expliquer pourquoi ils ne peuvent pas poser la péridurale et me dire que "si, si, je vais y arriver!", que je gère très bien les contractions, que je ne serais pas seule, que le papa et la sage femme sont là pour me soutenir.

Je n'étais pas prête à accoucher psychologiquement sans péridurale. La sage femme ne m'a jamais laissé seule, m'a tenu la main pendant les contractions. Et à un moment, allongée sur un côté, lors d'une contraction plus forte que les autres, j'ai hurlé et la tête de ma fille est sortie toute seule.

La sage femme n'était pas prête, et me disait "ne poussez plus, j'installe la table!

Un accouchement rapide et en douceur en présence uniquement de la sage femme et du papa.

En conclusion, il n'y a pas deux grossesses identiques, ni deux accouchement identiques.

72ef876fd1973282bc3d0efdb8b91cbd
50 pts

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie