Un premier accouchement idéal...bébé de plus de 4 kg !

postée
\ Accouchement du 25 mai 2015
t Durée : 3 heures et 30 minutes
Ayant eu le bonheur de lire ici des récits d'accouchement sans péridurale qui m'ont aidé à me préparer à mon accouchement, je viens à mon tour apporter ma petite pierre.
A la date prévue d'accouchement, une échographie estimait le poids de Bébé à 4 kg, et on nous déconseillait "officiellement" l'accouchement à domicile. Et on nous a donné rdv trois jours plus tard pour planifier un déclenchement, ce que je voulais à tout prix éviter!

Le fait de devoir envisager un accouchement à la maternité et non à la maison comme je l'espérais me décevait beaucoup mais j'étais soulagée de savoir que dans tous les cas notre sage femme, F. serait là.
A partir de là, nous avons expérimenté la succession et l'addition de tous les moyens possibles pour provoquer des contractions régulières : promenades, escaliers, frottage de sol, tisanes, homéopathie, ananas ... et, plus concrètement, élargissement manuel du col par F. et P. , mon compagnon, et décollement des membranes par F. ... Déjà depuis une semaine, j'essayais d'avancer les choses en montant des escaliers, en marchant , en buvant des tisanes de sauge...
Jeudi soir nous sommes allés marcher dans les collines ; vendredi je suis restée debout ou à quatre pattes appuyée sur le ballon; j'avais des contractions assez irrégulières et très légères, je m'interdisais de m'allonger pour aider Bébé à descendre et à appuyer sur mon col ... J'écoutais les Doors pour passer le temps. Heureusement que tout était prêt chez moi pour un accouchement à domicile et l'écharpe suspendue a beaucoup allégé mon supplice... J'avais plus mal aux jambes à force de rester debout qu'au ventre!!
P. est allé à son club de robotique, et pendant son absence j'ai commencé à chronométrer les contractions et je me suis rendue compte qu' elles étaient assez régulières, environ toutes les 10 mn.
Quand il est rentré, je ne lui ai pas dis. Ce n'était pas très douloureux et j'avais peur de me tromper, parce que j'avais déjà eu beaucoup de contractions d'intensité semblable pendant ma grossesse.
Vers trois heures du matin je me suis réveillée et j'ai constaté que les contractions étaient plus intenses. Je les ai mesurées et j'ai vu qu'elles étaient plus rapprochées aussi, d'environ 7 mn. P. s'est réveillé et je lui ai dit qu'on n'aurait finalement peut être pas besoin de se rendre à la maternité le lendemain (nous avions rendez vous pour planifier le déclenchement). Nous avons prévenu F. à 4h41 pour la prévenir que ça allait sûrement être le jour J !! Mais nous lui avons dit de prendre son temps. Vers 6h 20,ça commençait à s'accélérer et j'ai eu peur d'accoucher sans F. , alors on lui a demandé de venir.
Je suis allée dans la chambre préparée pour l'accouchement où J'ai alterné l'écharpe de suspension , le ballon, et la position allongée sur le lit avec le gros coussin de grossesse... Ça commençait à gagner en intensité, mais ça restait très supportable et les contractions étaient courtes. F. est arrivée vers 7h, elle m'a examinée, j'étais à 5 de dilatation, on a discuté et tranquillement pris le petit déjeuner. Les contractions s'espaçaient alors je suis retournée dans la chambre pour ne pas être distraite.
On attendait de voir comment avançait le travail pour savoir si on allait à la maternité, car on avait toujours notre rendez vous à 10h30!
J'avoue que j'avais un peu peur d'accoucher à la maison avec ce qu'on m'avait dit par rapport au poids de Bébé mais j'avais à 100% confiance en F. Elle voulait voir comment il s'engageait dans le bassin pour décider, mais en même temps l'heure du rdv se rapprochait et si on appelait pour leur dire qu'on accouchait à la maison on les aurait d'emblée braqué contre nous... Mauvais au cas où on aurait finalement besoin d'y aller... On a donc décidé d'accoucher à la maternité. J'avais de la chance, la salle "nature", toute équipée pour les accouchements physiologiques (baignoire, ballon, écharpe de suspension...) était libre !
P. a préparé le matériel pour la maternité : de la nourriture, une veilleuse, les sacs de maternité que j'avais préparé pour Bébé et moi au cas où, sa trousse de toilette, un ballon, et aussi tous les sacs de F. Les contractions étaient un peu douloureuses mais entre les contractions je me sentais très bien. Le trajet s'est déroulé tranquillement, on discutait avec F. ; quand j'avais une contraction je me cramponnais à la poignée de la porte et au siège. Il faisait beau ;nous sommes arrivé à la maternité.
P. s'est occupé des formalités administratives pendant que je m'installais avec F. dans la salle Nature.
D'abord je me suis allongée sur le lit pour faire le monitoring et installer le cathéter (choses obligatoires puisque nous étions à l'hôpital il fallait quand même suivre un protocole. J'étais impatiente de tester la baignoire!
On avait fini le monitoring (rien à signaler, tout allait bien) quand deux femmes sont entrées. L'anesthésiste et l'obstétricienne étaient venues m'inciter à poser une péridurale au plus tôt. Ça a un peu énervé P. , ce qui les a mis sur la défensive. De mon côté je gérais bien la douleur et je ne voulais pas de péridurale sans raison. Quand elles m'ont dit que je ne pourrais pas utiliser la baignoire si je faisais la péridurale, je leur ai dit que je voulais encore attendre et voir ce que ça donnait. Elles m'ont donné 1h. Et là il fallait que le travail avance d'un cm par heure au moins sinon j'étais bonne pour une perfusion pour accélérer, et là fini la physiologie, je serais clouée au lit comme un cafard plein de baygon.
Je suis donc allée dans la baignoire, c'était super , sauf que je devais garder le bras avec le cathéter en dehors de l'eau. P. et F. m'aspergeaient le ventre d'eau chaude entre deux contractions tout en discutant. Quand j'avais une contraction, P. me tenait la jambe et m'appuyait en bas du dos, ça soulageait. Il me faisait rire avec des blagues. Parfois il prenait une photo entre deux contractions. Les contractions se sont intensifiées et j'ai oublié le cathéter, qui s'est finalement trouvé plongé dans l'eau. Apparemment je ne dilatais pas assez vite pour le protocole, et F. a proposé de percer la poche des eaux pour éviter que les protocoleurs s'en mèlent. Ce n'était pas très agréable car elle devait le faire pendant une contraction... Elle a dû s'y reprendre plusieurs fois car la membrane était très solide. Et les contractions qui étaient déjà assez fortes ont encore gagné en intensité, elles sont devenues insupportables, je ne savais plus comment me mettre, P. ne parvenait plus à me soulager, je me sentais paniquer, j'ai demandé la péridurale. Après la rupture de la poche des eaux il fallait que je sorte de la baignoire pour éviter tout risque d'infection, de toute façon je n'arrivais plus à profiter de la baignoire.
F. m'a préparée pour la péridurale (elle m'a désinfecté le dos), P. ne pouvait plus me serrer dans ses bras ni me soutenir le dos; je devais rester assise au bord du lit, je ne pouvais pas m'allonger pour garder mon dos stérile. Les contractions étaient extrêmement fortes et l'anesthésiste ne venait pas. Quand les contractions venaient P. m'appuyait sur le front et je poussais ma tête dans sa main , ça m'aidait à supporter... En plus du cathéter au bras gauche et du brassard de mesure de tension au bras droit qui m'encombraient, on devait me tenir sur le ventre le moniteur ce qui rendait les choses encore plus compliquées. Je sentais avec panique que ça commençait à pousser au niveau de la vulve et que je ne pouvais pas rester assise. Je savais que je ne pourrais pas avoir la péridurale mais j'espérais quand même... (l'anesthésiste s'amusait sans doute de me faire attendre puisque j'avais refusé la péri précédemment... Il n'y avait que deux accouchements ce jour là, ce n'est pas comme si elle était débordée! peu importe, on s'est finalement passé d'elle et on est très heureux! ) P. sentait que je retenais l'envie de pousser, il me répétait sans arrêt "si tu veux pousser, pousses"... Mais je ne pouvais pas pousser assise! Au bout d'un moment je me suis jetée sur le lit, tant pis pour la péridurale, j'ai essayé de trouver une position supportable (sans succès) et je ne savais plus où j'étais ni qui j'étais ! Je ne voulais pas pousser, j'avais trop peur! F. a commencé à m'engueuler pour me sortir de ma panique, elle m'a dit de pousser. Je ne voulais pas, j'avais trop peur mais j'étais bien obligée ! J'ai hurlé (mon premier cri) , et j'ai senti la tête sortir et P. était en larmes, il m'a dit qu'il voyait sa tête, ça m'a émue de le voir dans cet état et ça m'a redonné du courage, alors j'ai essayé de repousser. F. m'a dit "ne serre pas!", et je me suis rendue compte que je serrais au lieu de pousser, alors j'ai rectifié le tir et j'ai poussé autant que possible, et là j'ai senti que j'avais vraiment le vagin écartelé, j'imaginais Bébé bloqué au niveau des épaules et la peur est revenue, j'ai crié "Sortez le! Sortez le“, je ne supportais plus cet écartement. F. m'a dit de pousser, j'ai poussé et en une fraction de seconde on m'a posé mon bébé sur le ventre et je n'avais plus peur.
Il était blanc, un peu bleuâtre, comme tous les bébés qui viennent de naître, avec un petit nez rond et des lèvres sublimes, des petites mains qui gigotaient et les cheveux pleins de vernix ;il a un peu crié puis il s'est calmé et il a têté. J'étais aux anges. Pendant ce temps, F. constatait que je n'avais pas de déchirure, puis elle m'a demandé de pousser pour le placenta et il est sorti tout seul. Elle me l'a montré, il était dans un grand plat en inox, c'était un morceau de viande énorme. Ensuite ils ont pris Bébé et l'ont pesé et mesuré , il faisait 4,265 kg et mesurait 52 cm. J'apprenais plus tard que cet accouchement avait fait sensation à la maternité, pas d'épisiotomie, pas de déchirure, pas de péridurale pour un premier accouchement et un "beau bébé"!
Je considère que je n'ai eu que 1h de douleurs vraiment difficiles à supporter, entre le moment où la poche des eaux a été percée et l'expulsion, mais dans le vécu nous (moi, P., et F., notre sage femme) nous avons tous cru que cet intervalle avait duré 20 mn! C'est en regardant les photos que nous avons vu qu'il s'était passé en réalité passé 1 h. Le temps passe vite quand on ne s'ennuie pas ! Nous avons passé 3h30 entre le moment où nous sommes entré dans la salle d'accouchement et la naissance de Bébé. Le temps "total" de travail est impossible pour moi à définir étant donné que le début des contractions était tout à fait semblables aux contractions que j'ai eu durant ma grossesse.
Je m'étais beaucoup préparée à l'accouchement avec l'épino et P. m'avait fait des massages du périnée tous les soirs le dernier mois de grossesse. En plus de ça il me massait tous les soirs le dos et m'ecartais les os du bassin comme F. nous avait montré. Je pense que tout ça a contribué à me faciliter l'accouchement et l'expulsion, en plus de l'heure que j'ai passé dans la baignoire, qui a dû contribuer à assouplir les tissus.
Après les premiers soins P. a pu prendre Bébé en peau à peau, c'était trop beau et F. a attrapé l'appareil photo et nous a fait de précieux clichés!
Ensuite on m'a ramené dans la chambre en fauteuil roulant et P. et moi avons regardé notre bébé, nous étions émerveillés...

Pour finir ce témoignage, j'aimerais vraiment profiter de cette occasion pour d'une part, saluer le travail des sages femmes libérale et remercier F. pour l'accompagnement attentif et plein de délicatesse qu'elle a su nous donner (fortement contrasté avec les manipulations brutales de certaines sages femmes de l'hôpital) et d'autre part, encourager d'autres sages-femmes à suivre la voie de l'accouchement physiologique et de l'accompagnement personnalisé. Un moment si fort et intime ne peut être apprécié (oui, j'ai dit "apprécié") qu'en compagnie de personnes de confiance et nous manquons cruellement de cette humanité. Pour ceux et celles qui souhaitent s'informer sur l'accouchement physiologique je conseille ce livre que F. a bien voulu nous prêter : Se préparer en couple à l'accouchement, de Maïtie Trélaün. Ce livre nous a beaucoup appris et nous a réellement aidé à nous préparer.
Closeup_photos_of_snowflakes__photos_credit_alexey_kljatov_-_17of17
50 pts

Commentaires

  • isildu J'ai beaucoup hesité,mais permettez moi de laisser un petit message de ce Voyant Medium sur ce forum,cela peut toutes fois vous etre aussi d'une grande utilité Je suis convaincue que c'est pas le forum ideal pour cela ,mais tout le monde peut avoir de probleme dans la vie. Peut être vous l'aurez déjà vu a la télé . Je veux vous parler du Voyant Nelson,lui qui m'a aider a avoir un enfant malgré ma stérilité,vraiment ma liesse est infinie,et selon mes avis personnels,je pense qu'il est le plus honnete et sérieux Voyant,car son travail me l'a confirmer. Or il avait gueri il a quelques mois, le cancer de prostate a mon mari. Cela ne mérite t-il pas de faire l'affiche d'un tel homme? Mon sage conseil,est que tous ceux qui ont de problemes auxquels ils n'arrivent toujours pas a trouver de solution,je me permets de vous laisser ces cordonnées que voici: SKYPE:( voyant.nelson1) MAIL:voyantnelson@yahoo.fr ,vous pouvez le joindre quand vous le souhaitez à ces adresses Selon mes renseignements sur lui ,il intervient aussi dans tous les autres domaines: Problemes de stérilités,de couples,pas d'emploi,ni d'enfant,pas de chance ,maladies graves ou incurable,etc. Vous avez des problemes qui depassent votre vie,adressez-lui svp vos problemes vous aussi et je suis sur que vous allez trouver comme nous,une immense satisfation. Vous etes fragilisés par une séparation, une maladie, une difficulté familiale, et vous penser trouver un peu de réconfort auprès de médiums, seul Voyant Nelson peut vous aider dans l'immediat. Dites-lui tout et sans hesiter. Grace a lui, je serai maman pour toujours desormais,vraiment la voyance sauve. Passez vous aussi le message a ceux qui seront dans de problemes. Infiniment merci Mr Nelson Cordialement,Valerie
    il y a environ 3 ans
  • ecrire un commentaire

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie