Une journée inoubliable

postée
\ Accouchement du 01 octobre 2014
t Durée : 6 heures et 35 minutes
10653840_10204535779904037_4359277318328609402_n

Bonjour à toutes! J'ai bien envie de vous faire part à mon tour de mon 1er accouchement, celui de mon petit garçon. Ça faisait 6 mois que moi et le papa on faisait des essais bébé, avant que je tombe finalement enceinte. Quelle grande joie! J'ai eu énormément de nausées, et la digestion très ralentie. Je rotais à longueur de journée et tout me restait sur le coeur, à partir de la 6e semaine de grossesse jusqu'à la fin, malgré une prise quotidienne de Diclectin. Ça s'est quand même amélioré après le 1er trimestre. Et durant 2 semaines, peu après qu'on ait appris la grossesse, j'ai eu des crampes menstruelles horribles à chaque nuit et à l'occasion le jour, ça venait par périodes. J'étais sûre de faire une fausse couche. Nous avons consulté à l'urgence, puis batterie de tests s'ensuit: tout est normal, et finalement les douleurs cessent d'elles-mêmes comme elles sont apparues. Le médecin en déduit finalement que la douleur était due à l'étirement de l'utérus probablement. Nous apprenons à l'échographie de 20 sem que nous attendons un garçon, nous sommes fous de joie. Tout se passe bien jusqu'à la 29e semaine, où je ressens de très nombreuses fausses contractions par jour (une trentaine au moins). Je me rends à la maternité. Verdict: mon col est dilaté à 1 cm et effacé à 50 %, donc injection pour faire maturer rapidement les poumons de bébé au cas où il naîtrait tout de suite, puis repos complet à la maison, sauf pour aller au toilette et prendre ma douche. Moi qui suis très active, ce fut un vrai coup dur pour moi, les journées étaient interminables, je m'ennuyais à mourir, j'ai trouvé cela extrêmement difficile et déprimant. Je continuais à ressentir beaucoup de fausses contractions par jour. Suivi régulier à la clinique: mon col s'efface graduellement de semaine en semaine, mais il ne se dilate pas plus. À 36 sem, on me permet enfin de reprendre mes activités, yééé! Finalement je me rend à terme. À 38 sem de grossesse pile, en pleine nuit, je me réveille à 2 reprises avec la sensation d'être mouillée. En fait je perds un petit peu de liquide, mais ce n'est pas évident si c'est du liquide amniotique ou non. Finalement, vers 5h du matin, je perds un peu plus de liquide, pas énormément, mais assez pour confirmer qu'il s'agit bel et bien de liquide amniotique. Nous partons avec nos bagages à la maternité. On me fait des tests et on me confirme que c'est cela, donc on me garde. J'ai plusieurs fausses contractions comme depuis plusieurs semaines, rien de régulier. On décide à 11h du matin donc de me percer la poche des eaux (vu qu'il n'y avait finalement qu'un feuillet de percé et que je perdais constamment de petites quantités de liquide). Quelle sensation désagréable que de sentir une immense quantité de liquide chaud qui coule sans arrêt sous mes fesses! J'étais constamment trempée même si on changeait les draps et piqués sans arrêt. Et le liquide va couler par la suite à chaque contraction jusqu'à l'accouchement, ça n'a plus de fin. Les contractions sont tout de suite devenues douloureuses et régulières après la rupture de la poche des eaux. C'était immédiatement très fort et insupportable. On m'a proposé l'épidurale. J'ai refusé, puis 1 h après, j'ai changé d'idée. On m'a examinée, j'étais dilatée à 3 cm seulement. La médecin m'a dit qu'elle reviendrait dans 30 min pour que mon col soit à 4 cm pour ne pas ralentir le travail et qu'elle me donnerait l'épidurale à ce moment. Je l'ai crue et j'ai continué d'endurer les contractions une après une. Parfois je n'avais aucune pause entre! J'étais presque incapable de parler, j'étais couchée sur le côté (incapable de me mettre dans aucune autre position, c'était la moins douloureuse, et assise j'ai fait une chute de pression) et je me tordais de douleur en gémissant. Il n'y a qu'un mot pour décrire cette douleur: insupportable. Je supportais l'insupportable! J'avais chaud, j'avais froid, je tremblais de tous mes membres, je n'ai pas arrêté de roter durant le travail (pour faire suite à la grossesse) et à une reprise j'ai eu mal au coeur, mais ça s'est passé. Le papa me massait le dos autant qu'il pouvait, c'est la seule chose qui me faisait un peu de bien! Quelle souffrance atroce, je n'étais plus capable de penser à rien, les heures se succédaient sans que je m'en aperçoive, impossible de me concentrer sur autre chose que la douleur. La médecin n'est jamais revenue comme elle me l'avait dit (j'attendais toujours au fond de moi qu'elle revienne me soulager avec son épidurale). Puis à un moment donné (il était rendu 16h) j'ai senti au pic d'une contraction une envie irrésistible de pousser. J'ai demandé au papa d'avertir le personnel. Tout le monde est arrivé à mon chevet, j'étais dilatée à 10! J'ai dû commencer à pousser. Je faisais énormément d'efforts mais j'avais encore tellement mal à chaque contraction qu'au lieu de pousser parfois je n'étais pas capable de faire autrement que me tordre de douleur. J'ai poussé durant 1h30. Je n'ai pas arrêté de faire caca durant les poussées, je demandais qu'on m'essuie, j'étais mal à l'aise, mais bon je ne pouvais pas empêcher ça... Je ne sentais pas le bébé descendre, je ne ressentais que la douleur des contractions. Et puis: aïïeeee j'ai senti une douleur atroce au périnée, la tête est passée! Encore une dernière poussée : aïïïïeee ça fait mal je crie!!! Ouf c'est fini. À 17h33, on me pose mon petit homme sur moi, il pousse son 1er cri, fait 2 pipis et un caca sur moi le petit comique. Je suis bouche bée durant plusieurs min à le regarder et le toucher, ça me prend longtemps avant de réaliser qu'il est bien là, que c'est mon bébé, que j'ai accouché. Il est magnifique mon petit bonhomme! 6 lbs 3 oz et 47 cm! La douleur n'était pas finie à ce moment, car j'ai dû me faire recoudre 2 petites déchirures sur la vulve (aucune au périnée), puis la médecin est allée chercher mon placenta dans mon ventre avec sa main: aïïïeeee!!!! Mon utérus ne se contractait pas assez à son goût donc j'ai eu droit à de nombreux massages utérins (qui font plus mal que les contractions!!) et à de l'ocytocyne IV. J'en ai voulu sur le coup à la médecin de ne pas m'avoir donné l'épidurale comme elle me l'avait promis, mais au final, je lui en suis très très reconnaissante!! Car bilan de tout ça: un bel accouchement sans épidurale, sans être provoquée, sans déchirure au périnée et plutôt rapide pour un 1er! Je suis très fière de moi d'avoir accouché complètement naturellement, je ne regrette rien! Et j'ai pu 3 heures après l'accouchement aller prendre une douche, que ça fait du bien!! Bonne chance à toutes les futures mamans! L'accouchement, dans mon cas, a fait terriblement mal, et je n'ai pas oublié la douleur, mais ça n'a duré que quelques heures, et ça a valu la peine car je suis fière de moi et j'ai un magnifique petit garçon de maintenant 14 mois qui est très joyeux, court partout et met de la joie dans nos vies!

Commentaires

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Img_7511_3

J'ACCOUCHE, le livre dans lequel les mamans racontent leur accouchement.

Les récits d'accouchement
des Ptits Mwana

Des récits d'accouchement écrits par les mamans pour les mamans

Écrire votre récit